Le procès de l’accident de « l’étoile du Nord »

justice koné
Mine Etoile du Nord Koumac
Un camion circulant sur la mine de l'Etoile du Nord ©NCla1ère
En décembre 2017, un rouleur perdait la vie suite à un accident sur une mine de Koumac. Le délibéré de ce dossier très technique a été rendu ce mercredi au tribunal de Koné. Une condamnation pour l'employeur du rouleur décédé. 
Ce 12 décembre 2017, Stéphane Bedot conduit un camion chargé de minerai. La route qui descend de la mine « L’étoile du Nord » à Koumac est glissante. Le rouleur perd alors le contrôle de son engin qui se couche sur le côté. L’homme est éjecté et décède sur place. 
 

Le propriétaire du camion condamné 

Ce mercredi matin, le tribunal de Koné a condamné le propriétaire des camions, Ronald Tourte, à trois mois de prison avec sursis et plusieurs millions de dommages-intérêts à la famille de la victime. 
En cause, un mauvais entretien des camions. L’avocat de la partie civile se satisfait de la décision.
« On s’est aperçu lors des débats, de l’instruction à l’audience, que les camions avaient l’habitude de rouler sans ceintures. Là en l’espèce, ils ne pouvaient pas se retrancher derrière cette habitude là puisque la ceinture était arrachée, donc le client qui roulait avec ce camion là ne pouvait même pas mettre la ceinture s’il l’avait voulu » explique Me Samuel Bernard, l’avocat de la famille de la victime. « Donc c’est une défectuosité du camion, et à mon sens, une mauvaise habitude qu’il y a dans les mines de rouler sans ceinture. Tout le monde l’a bien compris et tout le monde a bien compris que ça devait changer au niveau des entreprises utilisatrices et au niveau de la mine ». 
Tribunal de Koné
©NCla1ère
 L’avocate de Ronald Tourte a indiqué son intention de faire appel de la décision : « Aujourd’hui, mon client est condamné parce que soit-disant, la victime n‘aurait pas porté la ceinture de sécurité, ce que l’on ne peut pas prouver » explique Me Siggrid Klein, l’avocate de Ronald Tourte. «  Mais au-delà de ça, c’est d’autant plus aberrant que, en Nouvelle-Calédonie, la législation n’oblige pas à porter la ceinture de sécurité pour de véhicules de plus de 3,5 tonnes ». 

La société Montagnat relaxée

Le propriétaire de la mine, lui, est relaxé. La justice reprochait à la Société minière Georges Montagnat d’avoir surchargé le camion en minerai. Mais des expertises contradictoires n’ont pas permis au tribunal d’en établir la preuve. 
L’affaire aura marqué le monde de la mine. Car suite à cet accident, une nouvelle règlementation limite la quantité de minerai pouvant être transportée dans ces camions. Une décision qui avait rencontré en 2018 l’opposition des rouleurs, jusqu’à la signature d’un compromis. 
Le reportage de David Sigal et Camille Mosnier 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live