La base nautique de Gatope entre deux eaux après le feu

incendies voh
Base nautique de Gatope brûlée, Max Kastavi, décembre 2018
L'état de la base nautique de Gatope après l'incendie. ©NC la 1ere / Cédrick Wakahugnème
La base nautique de Voh a été la proie des flammes, ce week-end. Implantée sur la plage de Gatope, la structure communale est gérée par la SARL Koniambo Evasion. Cet incendie a contraint l’exploitant à cesser ses activités. Un coup dur, à l’approche des vacances d’été.
Un plafond noir de fumée, des équipements recouverts de suie et les restes d’un jetski entièrement carbonisé. Une odeur de fumée règne encore à l'intérieur de la base nautique de Gatope, plusieurs jours après l'incendie. Sur le sol, des éclats de verre qui viennent de vitres brisées. Les propriétaires évoquent la piste d’un feu d’origine criminelle. 
 

«Intention de détruire»

«Il y a eu des dégradations aux fenêtres et des jets de produits incendiaires à l’intérieur du bâtiment», souligne Max Kastavi, le gérant de la SARL Koniambo Evasion. «Nous estimons qu’il y a eu, derrière, une intension réelle de détruire la base nautique», poursuit l’exploitant. Les dégâts sont importants. Mais il faudra attendre quelques jours pour réaliser une estimation du préjudice. «On peut observer sur le sol des restes de gilets. Tous les équipements de sécurité sont partis en fumée. Les planches à voile et les kayaks, on ne sait pas pour l’instant si on peut les utiliser. Il va falloir faire vraiment un état précis de l’impact lié au feu», assure le gérant de la base nautique.
 

Remise en cause des loisirs

Gestionnaire de cette structure communale, Koniambo Evasion a obtenu le contrat il y a un peu plus d’un an. Sur la baie de Gatope, la base nautique est l’un des spots de distractions convoitées par la population de VKP, le week-end et pendant les vacances. Mais cet été, les activités nautiques ne pourront pas avoir lieu. «C’est un projet qui apporte une dynamique au sein de la commune», rappelle Max Kastavi, «mais également l’ensemble des prestataires qui gravitent autour, comme les magasins ou les stations-services.» Et de poursuivre: «un projet qui concerne la province Nord dans son ensemble».
 

Plainte

Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie par la société. Le propriétaire a envisagé l’idée d’un départ immédiat des installations. Il attendra finalement la fin de l’enquête, et de l’estimation des dégâts, pour réfléchir à l’avenir.