nouvelle calédonie
info locale

Un étrange dépôt sur le littoral de Voh

environnement voh
Pollution présumée à Pouako, Voh
©Numa Leconte
Après le passage du cyclone Oma au large de la Calédonie, une substance non identifiée a été découverte sur le littoral de Voh. Habitants et associations cherchent à identifier la matière encore visible sur la plage de Pouako.
 
[Mise à jour 19 mars] 

D'épais dépôts noirs en bord de mer... Depuis plusieurs jours, des riverains et des associations cherchent à identifier en quoi consiste ce qui ressemble à une pollution. C'est le cas de la CCEV, la Confédération citoyenne environnementale de Voh. «On a été interpellés par un riverain de Pouako, après les fortes pluies d'Oma», relate l'un de ses membres, Jean-Louis Nakamura. 
   

«Fibreux»

La plage, située à une embouchure de la rivière Temala, présentait «un gros dépôt, une nappe noire». L'homme, raconte le bénévole, n'avait jamais rien vu de tel en quarante ans. «Il a d'abord pensé à une pollution d'hydrocarbures. On a constaté, aussi. C'est sur le sable, il y en a un peu dans l'eau. C'est fibreux. Nous, on pense à du charbon, mais il faut qu'on fasse analyser.»
 

Inspection des baies

Lundi, les baies du secteur ont été inspectées et des prélèvements sous scellé devaient être effectués en présence des gendarmes. Les marées nettoient le sable, ajoute Jean-Louis Nakamura mais «c'est visible, encore, sur la plage de Pouako»
Ecoutez ses explications recueillies par Angélique Souche 

Prélèvements

Alertés par la province Nord, la sécurité civile et les différents services du gouvernement se sont rendus sur place pour procéder à des prélèvements, en vue d'une analyse approfondie de cette matière qui semble organique.
Philippe Buama, responsable de l’antenne de la sécurité civile sur Koné, joint par Martine Nollet.  

«Pas d'hydrocarbure»

Une chose est sûre, pour Jean-Jérôme Cassan, le directeur adjoint du Développement économique et de l'environnement de la province Nord : «Il ne s'agit pas d'hydrocarbure.»
Le reportage de Gilbert Assawa et David Sigal.
©nouvellecaledonie
Publicité