Camille Creugnet, grand nom du sport calédonien, est disparu

basket-ball boulouparis
Coupe Clarke 2019
En 2019, la joie de la famille Creugnet s'affiche lorsqu'elle emporte sa première Coupe Clarke, à l'hippodrome Henri-Milliard, à Nouméa. Sur ce cliché, Camille Creugnet est à droite. ©William Lecren / NC la 1ère
Figure du monde hippique et président du club omnisports de la Jeunesse sportive de la Vallée-du-Tir, Camille Creugnet est décédé, lundi 11 juillet, à 87 ans. Une veillée est organisée à partir de 14 heures, ce mardi, au cimetière du PK6, à Nouméa. Une messe sera célébrée, mercredi.

Une nouvelle figure du sport calédonien s’en est allée. Camille Creugnet, est disparu à l’âge de 87 ans, lundi 11 juillet. Président de la Jeunesse sportive de la Vallée-du-Tir (JSVDT) depuis 50 ans, une direction qui ne lui a jamais été contestée, il était surtout connu dans le monde hippique.

Alain Lazare, ancien maire de Boulouparis, lui-même ancien sportif, s'en souvient. "C'était sa première passion. [Il était, NDLR] fou de sport, mais surtout de courses de chevaux. Il avait une écurie à son nom, l'écurie Creugnet. Pour l'anecdote, les couleurs de son écurie étaient le bleu et le jaune, les couleurs de la Jeunesse sportive de la Vallée-du-Tir. Il ne voulait pas s'en détacher."

"Je pense qu'il est né à Nouméa, mais ce sont des gens qui sont plutôt originaires de la région de Boulouparis", rappelle l'ancien édile, qui l'a côtoyé et qui évoque "un citoyen exemplaire".

Ecoutez Alain Lazare, au micro de Martin Charmasson :

Un homme "connu de tous"

A la province Sud, Sonia Backès, sa présidente, et l'exécutif ont fait part de "leurs sincères condoléances à sa famille". "Véritable institution, il était connu de tous dans le milieu du sport et au-delà", poursuit un communiqué de la collectivité à retrouver ci-dessous :

Une veillée est organisée à partir de 14 heures, ce mardi, au cimetière du sixième kilomètre. Une messe sera célébrée, mercredi, à partir de 7 heures. Camille Creugnet sera par la suite inhumé au cimetière de Boulouparis.

Retrouvez, ci-dessous, le reportage de Martin Charmasson et Christian Favennec :