Covid-19 : vers une campagne de vaccination en tribu

coronavirus boulouparis
Matinée de vaccination anti Covid-1ç à la tribu de Kouergoa, Boulouparis, le samedi 17 juillet.
Matinée de vaccination à la tribu de Kouergoa, le samedi 17 juillet. ©Stéphanie Chenais / NC la 1ere
Le conseil coutumier de l’aire Xârâcùù s’est réuni ce samedi, à Kouergoa, Boulouparis. Le président du gouvernement a profité de l’occasion pour présenter une stratégie de vaccination anti-Covid qui va s’adresser spécifiquement aux tribus. Il était d’ailleurs possible de recevoir une dose sur place.

Un geste symbolique. Roger Thevedin, président de l’aire depuis trois ans, s’est fait vacciner le premier, samedi 17 juillet, à Kouergoa. Il tenait à montrer l’exemple : "A travers ça, je voulais demander aux ressortissants du pays Xârâcùù, et même aux autres aires coutumières, de se faire vacciner. Arrivé à un moment, l'ouverture des frontières doit se faire, pour faire marcher l'économie du pays."

Je pense que des gens hésitent parce qu'ils ne comprennent pas. C'est surtout l'incompréhension, et aussi des mauvais messages qui passent dans les réseaux sociaux.

Roger Thevedin, président de l’aire Xârâcùù

 

Matinée de vaccination anti Covid-19 à la tribu de Kouergoa, Boulouparis, le samedi 17 juillet. président de l'aire
Roger Thévedin s'est fait vacciner pour l'exemple. ©Stéphanie Chenais / NC la 1ere


Un médecin et une infirmière ont spécialement fait le déplacement dans cette tribu de Boulouparis. Sous une telle forme, c'était une première. Marie-Virginie Kays est âgée de 56 ans, elle n’a pas hésité.

Je suis agent à l'OPT. J'ai le contact avec les clients alors c'est pour me protéger, et j'ai mes parents qui sont âgés. Je pense à eux, aussi.

Marie-Virginie Kays, habitante de Ouitchambo

 

Suzanne Martin a cinquante ans, elle aussi a saisi l’occasion. "Il vaut mieux faire là, tant qu'il y a des vaccins. J'ai tellement peur d'attraper la maladie", confie-t-elle. A la fin de la matinée, 25 personnes avaient reçu la première dose. L’équipe médicale reviendra prochainement administrer la seconde.

Conseil d'aire Xaracuu et matinée de vaccination, Kouergoa, Boulouparis, 17 juillet 2021
©Stéphanie Chenais / NC la 1ere

 

Pour l'immunité collective dans les tribus

Le gouvernement était représenté par son président Louis Mapou, Yannick Slamet qui en est membre ou encore le directeur des Affaires coutumières, Louis Waïa. Avec cette opération de proximité, le nouvel exécutif espère atteindre le plus rapidement possible l’immunité collective dans les tribus.

Des tableaux chiffrés ont été distribués aux responsables des six districts. Dans l’aire Xârâcùù, qui compte 7 003 habitants répartis dans 41 tribus, il faudrait par exemple que 4 667 personnes reçoivent le vaccin, pour atteindre cette immunité. 

Les personnes qui sont dans des endroits reculés ne vont pas aux campagnes de vaccination en zone urbaine. Elles n'y ont pas accès, Mais surtout elles ne sont pas sensibilisées.   

Yannick Slamet, membre du 17e gouvernement

 

Conseil d'aire Xaracuu et matinée de vaccination, Kouergoa, Boulouparis, 17 juillet 2021
Des estimations ont été faites du nombre de personnes à vacciner pour atteindre l’immunité collective en tribu. ©Stéphanie Chenais / NC la 1ere

 

Déterminer les lieux

Pour accueillir les futures journées de vaccination, différents sites ont été proposés. Il s’agit, dans un premier temps, des tribus les plus peuplées, ou de celles où il y a le plus de personnes jugées vulnérables ou fragiles : Nakety à Canala, Grand Couli à Sarraméa, Saint-Philippo II à Thio ou Amon-Kasiori à Kouaoua.

Dans le même esprit, le gouvernement annonce une prochaine rencontre avec le conseil coutumier de l'aire Paicî.

Ecoutez le reportage de Stéphanie Chenais :

Matinée de vaccination à la tribu de Kouergoa


Voyez aussi celui de Laura Schintu :