publicité

Fête de Boulouparis: de la crevette, du cerf et des savoir-faire

Boulouparis referme la vingt-deuxième édition de sa fête communale sur une fréquentation approchant les 17 000 visiteurs, selon les organisateurs de cet événement populaire qui célèbre la crevette et le cerf tout en présentant de véritables compétences.

«Coco», de Tontouta, s'apprête à lancer l'épervier (et à remporter le concours). © NC la 1ère
© NC la 1ère «Coco», de Tontouta, s'apprête à lancer l'épervier (et à remporter le concours).
  • Dave Wahéo-Hnasson, José Solia, Jeannette Peteisi et Clarisse Watue, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
Boulouparis, c'est fini. En tout cas la vingt-deuxième édition de la fête communale qui dépasse largement les frontières de la petite municipalité broussarde. Au moment de cloturer, les organisateurs estimaient que la fréquentation avait approché les 17 000 visiteurs. Et que la star du week-end avait été la crevette. Ecoutez le premier bilan dressé par Jean-Paul Ruzé, ex-président de l'association Boulouparis Evénéments et coordinateur du cru 2018. Il était joint par Clarisse Watue.
«Les gens du Sud et les gens du Nord»

Concours et démonstrations

A la Fête de Boulouparis, le programme des animations n’a pas seulement pour vocation d’amuser la galerie. Les concours et les démonstrations mettent aussi en valeur un véritable savoir-faire broussard.

Démonstration commentée du dépeçage d'un cerf. © NC la 1ère / Dave Wahéo-Hnasson
© NC la 1ère / Dave Wahéo-Hnasson Démonstration commentée du dépeçage d'un cerf.

Techniques et conseils de pros

Prenez un rendez-vous qui n’est pas forcément du goût de tout le monde, le dépeçage d’un jeune cerf en public. Eh bien, il met en lumière l’art de la découpe. Un passage obligé, après le coup de chasse, qui n'en demande pas moins une certaine maîtrise. Saigner, vider, suspendre, dépecer… Retrouvez les techniques et les conseils de pros dans le reportage de Dave Wahéo-Hnasson et José Solia.
FETE DU CERF BOULOUPARIS

Coup de filet

On pourrait en dire autant du lancer d'épervier, qui fait chaque année l'objet d'un concours. L'objectif: jeter le filet de façon à l'ouvrir et à «pêcher» le maximum de «poissons». Une question de grosseur de maille, de souplesse du poignet, de coup de hanche… 

Le public durant le concours de lancer d'épervier. © NC la 1ère
© NC la 1ère Le public durant le concours de lancer d'épervier.

Coco et Alphonse

«Il faut un épervier bien équilibré au niveau des plombs, résume Jean-Paul Ruzé. Une fois qu'on a déterminé ce qu'on voulait attraper (si c'est un muletier, un sardinier, etc), c'est une question de lancer.» Cette année, les gagnants s'appelaient «Coco», de Tontouta, et Alphonse, de Poindimié. Leur trophée: des crevettes.
Le reportage de Dave Wahéo-Hnasson et José Solia.
PECHE A L EPERVIER FETE CERF BOULOUPARIS

Tous les classiques, ou presque

Cette nouvelle édition d'une foire à la fois agricole, familiale et populaire a dispensé tous ses autres classiques. A l'exception du rodéo annulé, mais les visiteurs rencontrés par Jeannette Peteisi ne s'en sont pas formalisés.
«Ça ne me fait rien»

A toutes les sauces

Une fois encore, cerf et crevettes ont été cuisinés à toutes les sauces. Des petits plats tellement demandés que les files se sont allongées, à l'heure du déjeuner. De longues minutes d’attente oubliées au premier coup de fourchette, ou de dents, comme le montre ce microtrottoir également réalisé par Jeannette Peteisi.
«Brochettes de crevettes»

Et encore un peu d'ambiance pour terminer, avec ces images de José Solia.
FETE DU CERF BOULOUPARIS OFF

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play