Coronavirus : plus de bus Raï dès ce samedi soir à minuit

transports bourail
bus raï
©David Sigal
Les bus interurbains du réseau Raï suspendent leur service sur l'ensemble de la Grande Terre, ce samedi soir à minuit. Hier, au carrefour des voyageurs, à Bourail, le constat est simple : les transports en provenance de Nouméa étaient pris d'assaut. 
Hier vendredi, en fin de matinée, à l'ombre des manguiers, à la gare routière de Bourail, un groupe de voyageurs pour Houaïlou attend le prochain bus annoncé : celui pour Poindimié de 12h50. Les personnes travaillent à Bourail ou sont simplement venues faire des courses.
"On a voulu rentrer par le car de Hienghène à 10h mais il était plein. Peut-être qu'on va rentrer en pouce. Apparemment il y a une psychose qui se met en place, les gens ont peur" confie Ernest, un voyageur pour Houaïlou.  
 

2000 voyageurs en quelques jours

voyageurs bus
©David Sigal

En effet, le phénomène "radio cocotier", boosté par les réseaux sociaux, annonce des malades, par-ci par-là. Constat : les bus en provenance de Nouméa sont plein pour la plupart. À raison de 55 passagers par véhicule, on peut estimer que le réseau Raï aura transporté pas loin de 2000 personnes ces deux derniers jours, sur tout le territoire. Une autre journée rouge est annoncée pour aujourd'hui, dans les deux sens. 

"J'attends le car de Poindimié. Je ne rentre pas à la maison mais je m'occupe de ma mère ce week-end et je finis mon week-end le mardi et je reviens avec le car, mais maintenant le problème c'est est ce qu'il y aura un car mardi ?" s'interroge Jacqueline. 

Un peu plus loin, Marcel relativise sur la situation. "Là j'arrive de Ponérihouen et je monte sur Voh. Demain on va être bloqués à Voh mais c'est bon, on n'est pas perdus, on est toujours sur le pays

Bourail reste le principal carrefour routier de la Grande Terre. Plus de trois quart des passagers transportés sur le réseau Raï y transite. Vendredi matin, le trafic était celui d'un vendredi comme les autres sauf que les embrassades ont fait place à des saluts plus discrets. Seul changement annoncé : on ne verra plus de bus orange rythmer la journée de leurs klaxons, dans les prochaines semaines. 

Le reportage de Gilbert Assawa et David Sigal. 
©nouvellecaledonie


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live