publicité

Aménagement de Dumbéa-sur-mer: litige foncier autour du pic aux Morts 

Le devenir du pic aux Morts, lieu-dit de Dumbéa-sur-mer, se trouve au cœur d'un conflit entre deux groupements qui émanent d'un même clan kanak. Au centre du différend: l'aménagement de ce site considéré tabou, que l'une des parties souhaite préserver de l'urbanisation.
 

L'entrée du site, occupé depuis plusieurs mois, a été évacuée le 13 décembre 2018. © NC la 1ere / Sylvie Hmeun
© NC la 1ere / Sylvie Hmeun L'entrée du site, occupé depuis plusieurs mois, a été évacuée le 13 décembre 2018.
  • Sylvie Hmeun, avec F.T.
  • Publié le
La polémique autour du pic aux Morts s’est rappelée au souvenir des habitants de Dumbéa-sur-mer, ce jeudi, à grand renfort de gendarmes et de fumée. Localisé sur la presqu’île à l’arrière de la Zac, le site se trouve depuis longtemps au cœur d’un litige foncier entre deux GDPL. Ces groupements de droit particulier local qui rassemblent des gens liés par la coutume kanak. Et tous deux émanent du clan Têe Waka, propriétaire terrien d'une partie du foncier dans le Grand Nouméa. 
 
Une case et un bois tabou ont été érigés pour marquer le caractère sacré de cette terre. © NC la 1ere / Sylvie Hmeun
© NC la 1ere / Sylvie Hmeun Une case et un bois tabou ont été érigés pour marquer le caractère sacré de cette terre.
 

Taku : «Préserver cette terre sacrée»

Le GDPL Taku, avec à sa tête Marie-Bernadette Togna, s’oppose à l’urbanisation des lieux dans le cadre de la Zac Dumbéa-sur-mer. «La priorité du GDPL Taku, c’est de préserver ce foncier, préserver cette terre qui est chère pour nous, qui est sacrée», explique le porte-parole du groupement, Karyl Mavoui. L'endroit est réputé être un ancien cimetière. «C’est un lieu intermédiaire, par rapport à notre monde à nous et le monde des vieux. C’est pour ça qu’on ne peut pas laisser cet endroit à l’urbanisation, parce que demain, ça n’aura plus aucune signification si les personnes qui vivent ici ne sont pas ressortissantes de cette terre.»
 
Les familles qui occupaient les lieux ont été évacuées ce jeudi matin. © Hugues Sawa
© Hugues Sawa Les familles qui occupaient les lieux ont été évacuées ce jeudi matin.
 

Blocage

Pour s’efforcer de préserver ces lieux considérés comme tabou, le GDPL Taku bloque depuis quatre mois le chantier diligenté par la Secal. L’aménageur de la ZAC pour le compte de la province Sud. Ce jeudi matin, les forces de l’ordre ont mis en œuvre l’arrêté d’expulsion envers les occupants de l’endroit, qui se sont retranchés un peu plus loin.   
 
Cette évacuation s'est faite sur fond d'incendie. © NC la 1ere / Sylvie Hmeun
© NC la 1ere / Sylvie Hmeun Cette évacuation s'est faite sur fond d'incendie.
 

Waka: «Deux hectares gelés»

L’autre camp de cette polémique foncière n’adhère pas au blocage. Le GDPL Waka évoque un désaccord sur un protocole lié à l’aménagement du site. Lequel a été signé avec la province, la Secal et les chefferies du Sud. «Le protocole prévoit de geler douze hectares du pic aux Morts, comme c’est un site classé sacré», développe Rudolph Togna, membre du GDPL Waka. «Il prévoit aussi, sur cinquante hectares, un aménagement d’une vingtaine de lots pour les membres du GDPL Taku. Et nous, entre les membres du même clan, on va prendre le temps de discuter et peut-être de trouver une solution d’ici six mois.» 
 

Chantier en attente de 600 millions

Les travaux menés par la Secal auraient dû débuter en août dernier. Il s’agit d’aménager une centaine de lots sur une quarantaine d’hectares. Un chantier de quelque 600 millions de francs CFP.
Dumbéa : expulsion au Pic aux Morts

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play