publicité

La dame de 81 ans agressée chez elle à Dumbéa est décédée

Le soir du dimanche 25 novembre, une octogénaire de Dumbéa était agressée chez elle par trois adolescents qui tentaient de la cambrioler, et qui ont été par la suite arrêtés. La vieille dame, gravement blessée à la tête, est décédée ce matin à l'hôpital.

L'entrée du Médipôl, image d'illustration. © NC la 1ère
© NC la 1ère L'entrée du Médipôl, image d'illustration.
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le
L'information, donnée par nos confrères des Nouvelles calédoniennes, a été confirmée par le procureur de la République, Alexis Bouroz. La vieille dame qui a subi une agression le soir du dimanche 25 novembre, à son domicile de Dumbéa, est décédée ce lundi, vers 9h30, au Médipôle où elle était hospitalisée. Elle souffrait de fractures à la tête et d'un hématome sous-dural.
 

Chute

Cette habitante de 81 ans se trouvait chez elle lorsque trois jeunes mineurs sont entrés dans sa propriété. Agés de quatorze à seize ans, ils avaient l’intention de voler des letchis. Puis l'un d'eux s'est introduit dans la maison et a repéré un coffre-fort. Les trois garçons sont alors revenus dans l'habitation et «dans des circonstances restant à éclaircir», selon les termes du procureur, «ils auraient notamment fait chuter la victime qui a perdu connaissance après avoir heurté le sol». Sans lui venir en aide, le trio a tenté - en vain - de desceller le coffre-fort avant de s'en aller. 
 

Qualification criminelle

Les trois mineurs mis en cause ont été interpellés. Ils ont été mis en examen pour des chefs d'accusation allant de la tentative de vol avec violences à la non-assistance à personne en danger, et deux d'entre eux ont alors été placés en foyer. Mais la mort de la vieille dame change évidemment les choses. «Il s'agit désormais d'une qualification criminelle pour laquelle le ou les auteur(s) encourent la réclusion criminelle à perpétuité», précise Alexis Bouroz. «Une autopsie sera diligentée afin de confirmer le lien de causalité entre les violences subies et le décès.» 
 

Possible placement au Camp-Est

Dès aujourd'hui, un juge d'instruction doit être saisi pour ajouter le chef de tentative de vol avec violences ayant entraîné la mort. Le placement en détention provisoire étant possible en matière criminelle, ajoute le procureur, y compris pour des jeunes de moins de seize ans ans, «des réquisitions pourraient alors être prises en ce sens à l'issue d'une nouvelle mise en examen».

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play