nouvelle calédonie
info locale

La GI Joe Race, pour l’effort et pour le plaisir !

sportncla1ère dumbéa
Mosaïque GI Joe Race 2019
©NC la 1ere
Ambiance commando, dans la vallée de Koé, mais aussi détente : pour la cinquième fois, la GI Joe Race était organisée ce week-end à Dumbéa. Sur deux jours, 500 personnes se sont frottées à ce parcours du combattant amélioré. Un mélange de difficultés et de fun, remporté par l’équipe Neck2Neck.
Traverser un bac rempli de glace, tracter un pick-up à la force des bras, se faufiler dans des conduits étroits : voilà le genre d’épreuves qui attendait ce week-end les quelque 500 participants à la cinquième GI Joe Race. Des policiers, des pompiers, des passionnés de salle de sport, mais aussi des amateurs. L’événement était dédié aux entreprises le samedi, et aux familles le dimanche. Sur cinq kilomètres, ils avaient au moins quarante obstacles à franchir, en essayant d’être le plus rapide possible.
Le reportage radio de Jeannette Peteisi : 

Reportage à la GI Joe Race 2019

 
GI Joe Race 2019, équipe UNC
L'équipe de l'université à la GI Joe Race 2019. ©Jeannette Peteisi / NC la 1ere
 

Clin d'œil à la présence américaine, mais pas que

La GI Joe Race, c’est un clin d’œil aux soldats qui tenaient pendant la Seconde guerre mondiale un vaste hôpital militaire sur ce site de Koé. 
«Un peu en mémoire des Américains», confirme Alexandre Guichet, co-concepteur et organisateur de la GI Joe Race «et aussi en rapport avec des "mud races", des courses à obstacles qui ont le vent en poupe. C’est un parcours du combattant, à la base, sauf qu’on a ajouté plein de petits obstacles plus fun et détente.»
Ecoutez Alexandre Guichet au micro de Jeannette Peteisi : 

GI Joe Race 2019, Alexandre Guichet

 

Les capacités individuelles et la cohésion

De quoi mettre l’accent sur la cohésion. «L’idée, c’est une quarantaine d’obstacles qui permettent de mettre en valeur les capacités de chacun, reprend Alexandre Guichet, mais surtout le côté équipe. On partage un moment dur d’effort mais après, on est content de l’avoir accompli.»
Rendez-vous, donc, l’année prochaine. Encore plus d’obstacles sont annoncés !
Publicité