Le Rassemblement démocratique océanien n'envisage pas de quatrième référendum

politique dumbéa
Le 29e congrès du Rassemblement démocratique océanien (RDO), samedi 2 avril, à Dumbéa
Aloisio Sako a été reconduit à la présidence du Rassemblement démocratique océanien, samedi 2 avril, dans l'après-midi. ©Claude Lindor / NC la 1ère
Le Rassemblement démocratique océanien (RDO) a tenu son 29e congrès, samedi 2 avril, à Dumbéa. A la veille d'échéances électorales nationales, le parti d'Aloisio Sako suit la politique de ses homologues du FLNKS : pas de mot d'ordre particuliers aux présidentielles.

Alors que l'Union calédonienne est en congrès à Voh, ce week-end, le Rassemblement démocratique océanien (RDO) a lui surtout travaillé sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, samedi 2 avril, lors de son 29e congrès, tenue à Dumbéa.

"Aujourd'hui, il s'agit de s'inscrire dans une stratégie pour construire un pays, construire un peuple. Un pays qui peut s'auto-suffire au niveau économique, alimentaire. Aujourd'hui, il y a beaucoup de sujets qui ont été abordés, avec la culture, l'enseignement, tout ce qui est de l'agriculture vivrière. Beaucoup de sujets importent aux Océaniens", explique Laurie Humuni, secrétaire générale du RDO.

Retrouvez, ci-dessous, l'interview réalisé par Bernard Lassauce et Claude Lindor :

©nouvellecaledonie

Le référendum du 12 décembre qualifié de "bidon"

Le RDO n'envisage pas, pour le moment, l'option d'un quatrième référendum, même si dans les motions adoptées, samedi, le parti qualifie de "bidon" et de "totalement illégitime" le référendum du 12 décembre 2021. "Dans l'attente du recours qui a été formulé par le FLNKS pour contester le scrutin", le RDO "réaffirme que l'Accord de Nouméa est toujours légitime".

"Certains politiciens précisent qu’il s’agit d’un accord obsolète qui est arrivé à son terme alors qu’il est le garant de la paix depuis plus de 30 ans sur le territoire. Il est inconcevable de le dénigrer alors qu’il est le témoin du consensus de nos anciens et surtout il est la preuve que l’ensemble des indépendantistes ont toujours prôné la construction d’un pays de destin commun", indique une des motions adoptées à l'unanimité.

Aloisio Sako conforté à la présidence du parti

Renouvellement "son soutien indéfectible au projet de société porté par le FLNKS", le RDO, estime indispensable que le front se dote d'un président qui "permettra d’établir une meilleure gouvernance car culturellement et coutumièrement, sans leader, sans un chef de fil, la division nous guette". Le parti, qui a, par ailleurs, confirmé sa participation au prochain congrès du FLNKS, en mai, a également renouvelé son bureau.

Aloisio Sako reste président du parti, Atonio Iloai et Mikea Filimoaga, sont le premier et le deuxième vice-président de cette formation indépendantiste, Seleone Tuulaki est commissaire général, Laurie Humuni est secrétaire générale, Kim Than Trong est secrétaire général adjoint et Hélène Polutele est chargée de communication.

Retrouvez, ci-dessous, le reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor :

©nouvellecaledonie