Des parents mobilisés contre la fermeture d’une école à Dumbéa

éducation dumbéa
Mobilisation fermeture école Bardou
L’association des parents d’élèves de la maternelle Les Myosotis conteste la fermeture progressive de l’école voisine, Victorien-Bardou, à la rentrée prochaine. La mairie plaide une baisse du nombre d’élèves dans ce secteur de Koutio. 
 
L’annonce ne concerne pour l’instant que le niveau CP. Mais elle a fait l’effet d’un coup de massue pour les familles du quartier. Dès 7 h, ce mercredi matin, l’association des parents d’élèves de l’école maternelle Les Myosotis s’est mobilisée devant l'établissement pour manifester son « mécontentement »
Alors que les inscriptions scolaires sont en cours pour les écoles de la province Sud, la mairie de Dumbéa les a informés lundi de la fermeture progressive de classes dans l’école élémentaire Victorien-Bardou, attenante à la maternelle Les Myosotis. 
 

Le problème des fratries

Du côté des familles, c’est le désarroi, notamment pour celles dont les enfants sont scolarisés dans les deux écoles. C’est un « problème pour les fratries », fait valoir Noël Teipoarii, le président de l’APE de Myosotis. « Certains parents n’auront pas les moyens de subvenir à tout ça ». Cela « chamboule » l’organisation « pour le transport » notamment. L’APE reproche à la mairie de ne pas avoir été consultée au préalable sur ce projet. 
Noël Teipoarii a grandi lui-même dans le quartier. Il salue les améliorations qui avaient été faites dans cette école comme les « terrains de football et de basket aménagés pour répondre aux besoins des enfants » ou encore la proximité du « centre culturel à 5 minutes de l’école ». « Tout est concentré ici. On ne comprend pas bien pourquoi déménager les enfants. »
 

Un bassin vieillissant 

La municipalité, en concertation avec la province Sud, envisage de fermer le CP dès 2021, puis les autres sections progressivement, avec une fermeture définitive de l’établissement « début ou fin 2023 », précise Pierre Mestre, 9e adjoint en charge de l’action éducative à la mairie de Dumbéa, qui dit « comprendre la mobilisation des parents ».
 

Fermer une école, ça ne fait jamais plaisir

Pierre Mestre, 9e adjoint au maire de Dumbéa


La mairie justifie cette décision en raison de la baisse des effectifs à Koutio, un bassin « vieillissant ». « Plutôt que de fermer brutalement l’école dans trois ou quatre ans, on préfère fermer l’école section par section et accompagner les parents dans les changements d’établissements ».
 

Au cas par cas

Pour les enfants passant en CP, la municipalité préconise aux parents de les inscrire à l’école De Greslan, qui est « la plus proche » et qui est « en capacité d’absorber les montées de cohorte et la fermeture progressive des classes de Bardou ». Mais d’autres options restent ouvertes, assure la mairie qui promet d’accompagner les familles « au cas par cas ». Une réunion d’information est prévue mardi prochain, avec les parents d’élèves de Victorien-Bardou. 
 

Un projet de pôle socio-éducatif 

A Dumbéa, où la population continue d’augmenter chaque année, cette fermeture d’école fait figure d’exception. Dans d’autres secteurs comme Dumbéa-sur-Mer, l’heure est plutôt à l’ouverture de nouveaux établissements scolaires.
Une fois fermée, l’école Victorien-Bardou ne sera pas inutilisée pour autant. Plusieurs projets sont à l’étude, notamment la création d’un pôle éducatif et social. Mais pour l’heure, « rien n’est arrêté », assure l’adjoint au maire. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live