Philippe Ajapuhnya condamné pour agression sexuelle

politique dumbéa
Tribunal de première instance de Nouméa, palais de justice, septembre 2020
©Natacha Lassauce-Cognard / NC la 1ere
L'ancien secrétaire général de l'UC était accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme à Dumbéa, en décembre 2017. Il a été condamné à deux ans de prison, l'inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles et 700 000 F de réparation. 
[AVEC COMPTE-RENDU] 

Deux ans de prison, l'inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles et 700 000 F de réparation envers la victime : c'est la décision qui a été rendue mardi après-midi, à Nouméa. Philippe Ajapuhnya a été condamné pour avoir agressé sexuellement une jeune femme, alors âgée de 22 ans, il y a un peu moins de trois ans.
 

Promesse de travail

Le 2 décembre 2017, celui qui est alors secrétaire général de l'Union calédonienne rencontre la victime, originaire de Maré, dans la galerie d’un supermarché de Dumbéa. Il lui promet de lui trouver un travail en usant de son influence politique, puis l’attire dans son véhicule.  
 

Deux fois

La jeune femme tente de le repousser, mais l'homme lui inflige des pénétrations digitales. La victime, décrite comme une personne vulnérable et épileptique, accepte de le revoir le soir venu. Elle est à nouveau agressée, cette fois-ci sur le parking du Médipôle. Suspendu de ses fonctions par le président de l’UC, Philippe Ajapuhnya a expliqué avoir quitté la vie politique. Il s’est excusé auprès de la victime. 
 

Demande de renvoi, refusée

L'affaire, correctionnalisée, avait été renvoyée. Le prévenu a demandé qu'elle le soit de nouveau faute d'avocat pour le représenter : il n’avait pas réglé ses honoraires. La présidente du tribunal a refusé d'accéder à cette requête.

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Laura Schintu :
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live