Farino, Sarraméa : la déchetterie mobile en tournée

environnement farino
61ab1bbdc8053_img-2606-2.jpg
Collecte de déchets à Farino dans le cadre de l'opération "déchetterie mobile". ©Caroline Antic-Martin/NC la 1ere
La déchetterie mobile faisait étape ce samedi 4 décembre à Farino. L’opération permet aux administrés des sept communes du nord de la province Sud de trier leurs déchets, y compris les plus dangereux. 1,2 tonnes de déchets ont été collectés.

Si tu ne vas à la déchetterie, la déchetterie viendra à toi : voilà qui résume bien cette deuxième opération de collecte, organisée le Syndicat interurbain à vocation multiple Sud. Le principe est simple, une fois par an et à tour de rôle, les sept communes deviennent, le temps d’une journée, un centre de tri…


« On met en place des bennes pour la ferraille pour le tout-venant, explique Erwan Couapault responsable de la gestion des déchets du SIVM. On va récupérer tout ce qui est déchets réglementés, gros électroménager, batteries, pneus, les huiles de vidange. On représente 40% de la superficie de la province Sud. On a un territoire avec des petits villages, des lotissements, des tribus, etc. Et donc on se doit de proposer un service de proximité. »


Début 2021, une opération similaire avait permis de collecter 60 tonnes de déchets, dont 20 tonnes de ferraille, 20 tonnes de tout-venant, 10 tonnes d’électroménager et 10 tonnes de batterie.

Eviter des déplacements

Pour les usagers comme Georges Rolland, habitant de Farino, le service est vite devenu indispensable : « La déchetterie elle est à Pocquereux, c’est loin. Les gens n’ont pas forcément des gros pick-up, des remorques pour déplacer les ordures, donc ils entassent. »


Petite nouveauté, cette fois-ci, les administrés ont pu également déposer leurs déchets dangereux. Ces déchets seront traités ultérieurement par cette entreprise spécialisée.

Après Farino, la déchetterie mobile poursuit sa route. Elle sera ce dimanche à Sarraméa, puis le 18 décembre à Moindou.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry : 

©nouvellecaledonie