Le parc des Grandes fougères désormais parc provincial

environnement farino
Parc des Grandes fougères
©Alix Madec
La dissolution du Syndicat mixte des grandes fougères, qui réunissait les communes de Farino, Moindou, Sarraméa et la province Sud a été actée. Depuis le 1er janvier, le parc des grandes fougères est désormais provincial. C’est-à-dire entièrement géré par la province Sud. Objectif : développer les activités sur site.

Le parc des Grandes fougères est désormais un parc provincial depuis le 1er janvier dernier. Ses 4 500 hectares de forêt humides et ses inimitables fougères arborescentes sont entièrement sous l’égide de la province Sud.

"Un investissement à hauteur de 575 millions sur trois ans"

"Cet engagement porté par la province, c’est un investissement à hauteur de 575 millions de francs CFP sur trois ans. D’ores et déjà pour l’année 2022, il y a une enveloppe d’à peu près 200 millions, qui va être engagée sur différents types de travaux avec une amélioration et une étendue des différents sentiers existants. Que ce soit en termes de sentier VTT ou de sentiers pédestres", précise Naïa Wateou, présidente du conseil d’administration du parc des grandes fougères.

Une enveloppe conséquente, qui a convaincu après des années de pourparlers, les maires des trois communes concernées : Farino, Moindou et Sarraméa.

Auparavant membre du syndicat mixte des grandes fougères créé en 2005, ils n’ont désormais plus qu’un avis consultatif et sont membres d’un groupe de travail qui les réunit autour de réunions mensuelles.

"Les communes ont perdu le pouvoir décisionnel. On est seulement là à titre consultatif, donc ça change quand même tout. Parce que la province peut décider ce qu’elle veut, on ne peut pas faire grand chose pour nous opposer à cette décision", explique Régis Roustan, maire de Farino. 

Conservation des espèces et tourisme

L’objectif du parc reste le même : conserver les près de 500 espèces végétales présentes dans le parc, dont 70% sont endémiques, selon un inventaire réalisé en 2009 par l’Institut de recherche pour le Développement. Une convention a également été renouvelée avec les chasseurs de Farino, pour poursuivre le travail de régulation des nuisibles comme les cerfs. 

Un développement qui n’est en revanche pas anodin pour les hôteliers de la commune. "Pour la faune et la flore, ça ne va pas changer grand chose, mais pour les visiteurs, ça leur apporte une gamme de découverte plus importante", poursuit Régis Roustan. "Moi, ce que je vois, c’est pour les hôteliers, ils vont pouvoir fixer la clientèle pour le week-end. Parce qu’il y a aura de nombreuses activités à faire, qui ne pourront pas être faites en une journée", ajoute le maire de la commune.

Augmenter le nombre de visiteurs

De son côté, la province Sud souhaite augmenter le nombre de visiteurs sur site. Ils sont entre 10 000 et 12 000 par an. "On a vraiment l’idée de pouvoir aussi avoir une attraction phare sur le parc, avec un canope walk, un espèce de pont suspendu au dessus de la végétation qui sera un point de vue sensationnel. Pour avoir aussi un regard différent sur le parc", insiste Naïa Wateou. 

Naïa Wateou, présidente du conseil d’administration du Parc des grandes fougères

À termes, des résidences de chercheurs et de scientifiques pourraient également être organisées sur site. 

Dans le cadre des vacances scolaires, l’entrée au parc est gratuite jusqu’au 13 février prochain. Il accueillera également ce mois-ci l’événement « un été en forêt ».