L'incendie à la frontière de Dumbéa et Païta s'annonce «de longue durée»

incendies dumbéa
Feu de brousse Dumbéa-Païta, 1er février
©NC la 1ere
Trois centres de secours, la sécurité civile et deux hélicoptères bombardiers d'eau ont uni leurs efforts pour lutter contre le feu qui a commencé samedi en fin de matinée à Dumbéa Nord et «sauté» côté Païta, menaçant plusieurs habitations. En fin de journée, l'incendie n'était pas maîtrisé.
Encore un triste spectacle, visible à des lieues à la ronde. Dès la fin de matinée, ce samedi, un imposant panache de fumée signalait à tout le Grand Nouméa la présence d’un important feu de brousse. Un feu de savane à niaouli, notamment, qui s’est déclenché dans le Nord de Dumbéa, secteur Val-Suzon. Et s'est propagé à Païta à la mi-journée, filant du côté du lotissement Pétroglyphes et de ses dizaines de maisons situées en bas du col de Katiramona, côté Nord. 
 
Feu de brousse Dumbéa-Païta, 1er février
Vue depuis les lotissements Fougères et Pétroglyphes, à Païta. ©Sandrine Devellenes
 

Activation du plan Orsec 

L'incendie a pris une telle tournure que la direction de la sécurité civile et de la gestion des risques a activé le plan Orsec feux de forêt de niveau 2 à 14 heures. «A 16 heures, décrit la DSCGR, le feu [menaçait] plusieurs habitations sur le secteur droit», route de Nondoué. La priorité étant de faire protéger les maisons par les centres de secours de Dumbéa et Païta ainsi que l'unité d'intervention de la sécurité civile. 
 
Feu de brousse Dumbéa-Païta, 1er février, camions de pompiers de Païta
Le feu du 1er février vu des Pétroglyphes. ©Marie-Ghislaine Peyronnet
 

Deux hélicoptères

Sur le secteur gauche du sinistre, c'est le petit lotissement Les Fougères, juste à côté des Pétroglyphes, qui nécessitait la protection des soldats du feu, par les casernes de Païta mais aussi du Mont-Dore et la sécurité civile. Deux hélicoptères bombardiers d'eau ont été appelés à la rescousse. La gendarmerie a également apporté son appui à la lutte contre cet incendie qui avait brûlé une centaine d’hectares en fin d'après-midi.
 
Feu de brousse Dumbéa-Païta, 1er février, hélicoptère bombardier d'eau
©NC la 1ere
 

Vent, chaleur et accès difficile

Ce n'était pas prêt de finir. Aux premières loges, un habitant des Fougères résumait les conditions en ces termes : «une chaleur épouvantable et un vent de fou». Météo France NC prévoyait pour la fin d'après-midi des rafales à plus de 60 km/h. Les hélicos ont quitté la zone avec le jour. Les moyens terrestres, eux, devaient rester actifs jusque tard dans la nuit.
 

Rebelote dimanche

Le dispositif sera reconduit dimanche dès 5h30 et une reconnaissance menée en début de matinée. Vu le contexte météorologique, et les difficultés d'accès dans ce secteur vallonné, l'intervention s'annonce de longue durée. 
 

Feu du 1er février, communiqué de la DSCGR by Françoise Tromeur on Scribd

Feu de brousse Dumbéa-Païta, 1er février
©NC la 1ere