Le budget de la Province Sud de 2016 adopté à la majorité

économie province sud
Province Sud
Jeudi 17 décembre, les élus de la Province Sud ont approuvé le budget primitif de la Province à la majorité. ©NC1ère
Ce jeudi matin, les élus de la Province Sud ont approuvé le budget primitif de la Province à la majorité. Seul le groupe Les Républicains a voté contre. Un budget réduit et où la part de l'Etat a fortement diminué, comparé à 2015. 
57 milliards de francs, dont 10,7 milliards en investissements. Ce jeudi matin, le budget de la Province Sud a donc été approuvé par la majorité, à savoir les élus de Calédonie Ensemble, de l'UCF et du Front indépendantiste et progressiste. Seul le groupe Les Républicains a voté contre. Ce dernier a déclaré avoir voté contre un budget qu'il qualifie de "sans ambition", et a reproché à la Province de faire peser les économies aux communes de l'agglomération. 
 
"C'est un budget sans aspérité, sans ambition parce qu'il n'y a pas de force dedans", déclare Yoann Lecourieux, du groupe Les Républicains. "Certes, il est nécessaire de faire des économies, mais pas sur la sécurité et il est actuellement nécessaire de soutenir les communes de l'agglomération pour lutter contre cette croissance de la délinquance". 
 
Cette année encore, les finances provinciales se retrouvent réduites. Les engagements pris par l'Etat sur les opérations réalisées par la Province passent d'1,4 milliard de francs en 2015 à seulement 216 millions de francs pour 2016. Une situation qui a fait réagir les élus, qui estiment que l'Etat n'a pas respecté sa parole. 
 
"L'annonce de la défection de l'Etat sur les engagements formels qui avaient été pris au travers de la signature des contrats de développement est une très mauvaise nouvelle, dans la situation de restriction budgétaire dans laquelle on se trouve", commente Philippe Michel (Calédonie Ensemble), le président de la Province Sud. 
 
Les rentrées fiscales continuent de diminuer et les coupes budgétaires vont toucher plusieurs secteurs, dont celui de la culture. Pour Pascale Doniguian, membre du groupe les Républicains, "la culture ne doit pas être le premier secteur à être sacrifié".
 
D'autres secteurs seront également touchés par ces restrictions budgétaires, comme celui de l'emploi et de la formation. Le Président de la Province a de plus précisé qu'aucune création de poste n'était envisagée au sein de la collectivité. 

Ecoutez les propos de Philippe Michel (Calédonie Ensemble), président de la Province Sud, au micro de Norbert Taofifenua et Philippe Kuntzmann pour NC1ère : 

Ecoutez les propos de Yoann Lecourieux (Les Républicains), au micro de Norbert Taofifenua et Philippe Kuntzmann pour NC1ère :