Les ponts de la discorde à Moindou

moindou
Pont Moindou
©Nathan Poaouteta
A Moindou, deux ponts, dits de Bechtel, sur la route de Moméa, sont fermés à la circulation depuis cinq ans. Des déviations font office de passage temporaire depuis. Les riverains estiment que cela a trop duré et le maire, Léon-Joseph Peyronnet, souhaite que le gouvernement agisse au plus vite.
Si Moindou est plutôt une commune calme et discrète, il y a des sujets qui fâchent. Les ponts Bechtel par exemple. Agés de presque 60 ans chacun, ils sont situés sur la route de Moméa, une ancienne RT1 reliant Moindou à Bourail. Les deux ouvrages sont distants d’à peine une centaine de mètres.
Le premier pont se fissure en 2015. Une déviation est alors installée. Mais en 2018, c’est le deuxième pont qui cède. Une autre déviation est mise en place. Les épisodes de montée des eaux seraient en partie responsables de ce drame. A quoi s'ajoute le passage des véhicules légers bien sûr et celui des camions d'une scierie de la région.
 

Des déviations pour les transports scolaires

Une situation qui oblige désormais les transports scolaires à emprunter des déviations parfois périlleuses. «C’est pas valable de passer sur des routes comme ça. Il faut penser qu’on a des gosses. On sait jamais ce qui peut arriver», s'inquiète Patrick Quinty, chauffeur de bus scolaire. 
Pont Moindou 1
©Nathan Poaouteta

Compétence du gouvernement

Petit détail, cette route est toujours sous la compétence du gouvernement, le tronçon attenant à Moindou n’ayant pas été déclassé en 2015. N'étant plus une route territoriale en pratique, elle le reste au niveau administratif et juridique. De ce fait, la mairie a sollicité le gouvernement.
« C’est  Gilbert Tyuienon qui m’a confirmé qu’il n’avait toujours pas les crédits pour faire ces deux ponts. Il y a une urgence, oui bien sûr », regrette Léon-Joseph Peyronnet, maire de Moindou. Une urgence qui pourrait pousser les collectifs de riverains à aller plus loin.
 

Pas prioritaires en 2021

Pour sa part, la DITTT, par la voix de la direction des routes, est formelle. Oui, ces deux ponts sont de sa responsabilité, mais ils ne sont pas prioritaires pour le budget 2021. Reste qu’aujourd’hui les deux déviations temporaires ne pourront peut-être pas supporter une autre innondation.

Un reportage de Nathan Poaouteta : 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live