nouvelle calédonie
info locale

Affaire Aurélie Marcias : quatre mineurs mis en examen

faits divers mont-dore
collectif contre l'insécurité
Un des rassemblements initiés par le collectif né après ce drame. ©René Molé NC 1ERE
Rebondissement en Nouvelle-Calédonie dans l'enquête sur le décès d'Aurélie Marcias, jeune motarde accidentée le 8 mars dans la traversée de Saint-Louis. Quatre mineurs devront répondre de tentative de vol avec violences ayant entraîné la mort, et de non-assistance à personne en danger.
Du nouveau dans l'enquête sur la mort d'Aurélie Marcias, cette jeune motarde décédée le 8 mars dernier dans un accident au Mont-Dore, alors qu'elle entamait la traversée de Saint-Louis. Et l'avancée est de taille. On vient d'apprendre que quatre jeunes mineurs, âgés de 14 à 17 ans, ont été mis en examen et placés en détention provisoire au Camp-Est. Ils devront répondre des chefs d'accusation suivants: tentative de vol avec violences ayant entraîné la mort, et non-assistance à personne en danger.

Présence signalée de trois piétons

Aurélie Marcias, infirmière âgée de 34 ans et domiciliée dans la partie Sud du Mont-Dore, a trouvé la mort en rentrant chez elle au volant de sa Yamaha FZ-600, vers 20h30, dans la ligne droite à hauteur de la station maraîchère de Saint-Louis. Pas de traces de freinage, mais un riverain alerté par le bruit qui a évoqué la présence de trois piétons. Il a aussi décrit comment ils auraient tenté de relever la moto, alors même que sa conductrice gisait non loin. L'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie.

 

Une émotion énorme

Cet accident a provoqué une énorme émotion dans la commune, dans les rangs des motards et à l'échelle de la Calédonie toute entière. Il a été très vite relié au phénomène d'insécurité rattaché à la tribu de Saint-Louis, dans le contexte des violences qui défrayaient la chronique depuis la fin octobre 2016 et la mort de William Decoiré par un gendarme en état de légitime défense.

Une thèse portée par le mari

Quelques jours après l'accident d'Aurélie Marcias, son époux a porté la thèse d'une mort causée par des individus qui auraient fait tomber la victime de sa moto. Un «collectif contre l'insécurité en Nouvelle-Calédonie» a été créé et s'est montré très actif depuis.
Publicité