"J’ai eu peur qu’elle nous percute" : des victimes de vols de voitures au Mont-Dore racontent leur agression

faits divers mont-dore
Mont-Dore voitures brûlées 10 mai 2021
©Louis Perin / Nc la 1ere

Trois jeunes femmes revenant d'une soirée à Nouméa ont fait face à des voleurs dans la nuit de samedi à dimanche. Une rencontre qui a débouché sur une poursuite, qui a duré toute la nuit.

Il est 2 heures du matin dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 mai, trois jeunes femmes rentrent chez elles sur la commune du Mont-Dore, après une soirée à Nouméa. Le téléphone d’Isabelle sonne. Sa fille lui annonce qu’on vient de leur dérober leurs deux voitures à leur domicile : une C3 et une Mini Cooper. Elles préviennent alors les gendarmes et reprennent la route vers le Vallon-Dore. "Je croise un de mes véhicules sur la route. J'ai donc tenté de faire demi-tour, pour le suivre", lance Isabelle. 

"Le passager ouvre sa fenêtre, m'insulte et repart"

La voiture avec les voleurs à l’intérieur poursuit sa route. Les trois jeunes femmes renoncent à la suivre et repartent alors en direction de leur lotissement, quand "je vois dans mon rétroviseur, une voiture qui arrive à vive allure et j’ai eu peur qu’elle nous percute. Elle s’arrête alors à mon niveau, le passager ouvre sa fenêtre, m’insulte et repart. Il était à bord de ma deuxième voiture !"

Impuissantes, les jeunes femmes rentrent chez elles. Elles assurent avoir appelé, en vain, les gendarmes à plusieurs reprises. "Ils nous ont dit au téléphone qu’ils étaient en train d’intervenir, qu’ils allaient faire le nécessaire, etc."ajoute Catherine, seconde victime. Au bout de plusieurs appels, "le gendarme s’est montré fort agacé, il a fini par me dire que je devais rentrer chez moi tranquillement". 

Toute la nuit, les voleurs viennent les narguer devant leur domicile racontent les deux femmes, et les gendarmes finiront par intervenir. Mais à 6h30, les deux véhicules sont brûlés, à deux endroits différents. 

Je suis à la fois en colère, fatiguée, exténuée psychologiquement, physiquement, mais aussi financièrement.

Isabelle, habitante du Mont-Dore

 

Traumatisées, les jeunes femmes, qui travaillent au Mont-Dore dans les milieux défavorisés, se disent aujourd’hui prêtes à déménager. Elles ont déposé plainte auprès de la gendarmerie ce lundi. Contactée, la gendarmerie n'a pas répondu aux sollicitations de NC la 1ère.

Les précisions de Laurence Pourtau et Louis Perin :