Municipales 2020 : le débat du second tour au Mont-Dore

élections mont-dore
Débat Mont-Dore
©Coralie Cochin
Quatre candidats se disputent la mairie du Mont-Dore, bastion du Rassemblement depuis de nombreuses années. La sécurité sur la route principale de cette commune de 27 620 habitants reste un enjeu crucial au second tour des municipales. 
 

Les candidats du second tour

Au Mont-Dore, quatre listes sont en lice pour ce second tour des municipales : 
 
  • Eddie Lecourieux - « Vivre au Mont-Dore » (Avenir en confiance)
  • Nina Julié - « Générations Mont-Dore » (Générations NC)
  • Romuald Pidjot - « Le Mont-Dore, notre ville vers une Nation Arc-en-ciel » (FLNKS)
  • Pétélo Sao - « Tous pour notre Mont-Dore » (Éveil Océanien).
Les enjeux du second tour, par Bernard Lassauce et Michel Marin :
©nouvellecaledonie
 

Le débat de l'entre-deux-tours

Les têtes de listes candidates sur la commune du Mont-Dore étaient réunies jeudi 18 juin, autour d'un débat animé par Nadine Goapana, sur NC la 1ere. Les échanges se sont articulés autour de deux thèmes :
  • La circulation libre et sereine sur la commune 
  • Le développement social urbain du Mont-Dore Sud

La sécurité sur la RP1... 

Au lendemain du tir de chevrotine sur une camionnette de livraison, à hauteur de la tribu de Saint-Louis, la sécurité sur la route provinciale s’invite de manière plus pressante encore dans les débats. 

Eddie Lecourieux, le maire sortant, parle d’un événement « regrettable » et se dit « consterné » d’avoir appris la nouvelle dans les médias et non par les gendarmes, un jour après les faits.
Nina Julié condamne, pour sa part, cette « tentative de meurtre » et dénonce la dangerosité de cette route, où « plein de gens se font caillasser ». Un geste « condamnable » aussi, selon Romuald Pidjot, et « totalement intolérable », pour Pétélo Sao, qui rappelle la mise en place récemment d’une police coutumière à Saint-Louis et invite à renforcer la coopération entre les institutions sur ce dossier.
 

...Et la voie de contournement de la route du Sud 

La création d’un nouvel axe routier pour contourner la tribu de Saint-Louis est toujours à l’étude. Un milliard de francs a été affecté, via le contrat de développement 2017-2021, pour étudier cette option. Un premier tronçon était attendu, avant que ne survienne la crise du Covid-19.  

Eddie Lecourieux rappelle « qu’il s’est engagé » en faveur de ce projet. « Cet axe, c’est ce que les gens veulent : être mieux sécurisés en passant par le bord de mer. »

« 15 000 Mondoriens empruntent cette voie de circulation, la peur au ventre », estime Nina Julié, en parlant de la route principale de la commune. Le projet de voie de contournement est donc « indispensable », selon la candidate, « pour des questions de sécurité mais aussi pour développer et désenclaver toute la partie sud du Mont-Dore et Yaté ». 

Romuald Pidjot est au contraire défavorable au projet, qui présente selon lui « trop de difficultés », notamment « financières » et « aurait un impact environnemental désastreux » sur les plages et la mangrove du littoral. « Investir sur les hommes plutôt que sur un nouvel axe routier », c’est la solution privilégiée par le candidat du FLNKS, qui veut croire en la « dynamique » enclenchée à la tribu de Saint-Louis, avec de récents évenementiels tels que le Trail des sauveteurs en mer ou les journées du patrimoine. 

Pour Pétélo Sao, cette route de contournement est « une utopie ». La tête de liste de l’Eveil océanien veut « miser sur les hommes et femmes de la commune » en initiant des programmes d’insertion au sein de la tribu, et non en apportant « des solutions techniques » qui ne feront que « décaler » le problème.  Cette route « va coûter énormément d’argent (..) que nous n’avons pas », et risque de « marquer encore plus l’exclusion des habitants de la tribu de Saint-Louis ».

Le débat du second tour au Mont-Dore :
  

Les résultats du premier tour

Dans ce fief du Rassemblement, la participation était de 50,15 % au premier tour. 
Eddie Lecourieux est sorti honorablement de ce round avec 41,8 % des suffrages, alors qu’il a repris le flambeau d’Eric Gay, il y a un an seulement. En 2014, son prédécesseur terminait le premier tour avec 43,3 % des voix, face à trois adversaires.
L’ex-Calédonie Ensemble Nina Julié a créé la surprise avec sa liste Générations Mont-Dore. Elle s’est offert la deuxième place avec  22,1% des suffrages.
La liste unitaire nationaliste et indépendantiste tirée par Romuald Pidjot a dépassé pour sa part le score de 2014 du FLNKS : 16,2 %, alors que Jean-Irénée Boano avait obtenu 15,8 % des voix au premier tour. 
Enfin, pour sa première participation aux municipales, la liste du jeune parti L'Eveil océanien a réussi à convaincre 11,1 % des électeurs du Mont-Dore qui se sont exprimés.
Seule liste évincée à l’issue de ce premier tour, celle de Calédonie Ensemble, emmenée par le conseiller sortant Patrick Laubreaux, qui a réalisé 8,9 % seulement, contre plus de 30 % pour la candidate CE Monique Jandot en 2014. 
Municipales Mont-Dore

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live