Tir sur un véhicule cette nuit dans la traversée de Saint-Louis

violence mont-dore
Vue satellite RP1-route de la mission de Saint-Louis
Vue satellite du carrefour entre la RP1, la route de la mission et celle qui part vers le bord de mer en desservant le CFPPA-Sud. ©Fond Géorep NC
Un automobiliste qui revenait de La Coulée a essuyé un tir dans la traversée de Saint-Louis cette nuit, à hauteur de la mission. Il n'a pas été blessé mais son véhicule porte la trace des impacts. Une enquête a été ouverte pour violences avec arme. 
Quatre impacts de chevrotine au niveau de l'aile avant-droite. Cette nuit de dimanche à lundi, à 2h15, un SUV s'est fait tirer dessus au Mont-Dore, sur la route provinciale dans la traversée de Saint-Louis. Au volant, le gérant de la station-service située au centre commercial de La Coulée, où se préparait l'application à taux pleins de la taxe générale à la consommation.
 
Tir sur voiture sur la RP1 dans la traversée de Saint-Louis.
L'avant de la voiture présente en tout quatre impacts de chevrotine. ©M. Martin
 

«J'ai entendu un bruit métallique»

«Nous avons fait l'inventaire et tout ce qu'il fallait pour la TGC», relate M. Martin, qui effectue le trajet depuis plusieurs mois, habitant à Nouméa. C'est à hauteur de la route qui mène à la mission de Saint-Louis, plus exactement au niveau de la guérite de bus, qu'il a entendu un bruit. «Un bruit métallique, mais je n'ai pas du tout pensé à un coup de feu», précise M. Martin. «J'ai d'abord cru que j'avais roulé sur quelque chose.» Après s'être arrêté à Boulari, il repère les impacts et prévient la gendarmerie. L'automobiliste a porté plainte.
 

Réaction à une incarcération?

Une enquête pour violences avec arme a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie. Elle permettra peut-être d'expliquer un geste qui rappellera de mauvais souvenirs aux gendarmes et aux Mondoriens, en particulier la série d'exactions survenues entre la fin 2016 et le début 2017. Mais selon le procureur de la République Alexis Bouroz, qui a envoyé un communiqué ce matin, «il n'est pas exclu que ces faits puissent avoir été commis en réaction à l'incarcération au Camp-Est hier après-midi (dimanche 30 septembre) d'un jeune homme de dix-neuf ans originaire de la tribu de Saint-Louis. Et ce, à l'issue de sa mise en examen pour vols aggravés au Mont-Dore fin juin.»