A Ko We Kara, vaccination dans les voitures et possible injection de vaccin Janssen

coronavirus nouméa
Vaccidrive à Ko We Kara, premier, 5 octobre 2021
Au vaccidrive, pas besoin de sortir de son véhicule pour recevoir son injection anti-Covid. ©NC la 1ere
A Nouméa, le plus grand vaccinodrome déployé par la province Sud, à Ko We Kara, a étendu sa gamme, ce mardi : il a proposé le premier vaccidrive de Nouvelle-Calédonie, et dans les locaux, on pouvait aussi opter pour des doses de Janssen, vaccin dit traditionnel.

Ouvert avec une demi-heure d’avance, il a vite été pris d’assaut. Après le très apprécié dépistage en voiture, c'est un premier vaccidrive qui a été proposé à Ko We Kara, ce mardi 5 octobre. Une dizaine de personnes pilotaient ce service qui a permis de se faire vacciner sans descendre de son véhicule.

Armelle Augros attend au volant, elle est venue pour ses parents. "Je suis bien contente qu’il y ait ce drive pour les personnes âgées, apprécie-t-elle, ceux qui n’ont pas la mobilité." 

Vaccidrive à Ko We Kara, premier, 5 octobre 2021
Plus de 200 personnes ont choisi la vaccination sans descendre du pick-up (ou autre véhicule!). ©NC la 1ere

 

Un besoin

Parmi les personnes âgées et accompagnées, il y a celles qui viennent pour une troisième dose. Cette nouvelle façon de se faire vacciner leur permet, non seulement de se sentir en sécurité dans leur voiture, mais aussi de s’éviter la pression supplémentaire d’une attente en salle. 

Vaccidrive à Ko We Kara, premier, 5 octobre 2021
Au vaccidrive de Ko We Kara, le 5 octobre. ©NC la 1ere

 

"Je suis contente de constater qu’il y a des personnes âgées. C’était le besoin", observe Patricia Pèdre, directrice adjointe de la DPass-Sud. "De le faire dans leur voiture avec sécurité, ça fonctionne. Il y a un bel engouement et on devra sûrement renouveler l’opération." 

 

Le vaccin Janssen a ses partisans

Hormis le vaccidrive, le centre de Ko We Kara proposait ce mardi, dans ses locaux, une injection de vaccin Janssen. A huit heures du matin, les candidats étaient déjà là. Beaucoup d’entre eux ne veulent pas de vaccin à ARN messager. "J’attendais le Janssen qui est quand même un vaccin standard", explique cet homme, qui s'est décidé à venir après avoir entendu la nouvelle à la télé. "Je ne voulais pas du tout me faire vacciner, moi."

Flacon de vaccin Janssen utilisé en Nouvelle-Calédonie le 5 octobre. Covid. Ko We Kara
Flacon de vaccin Janssen utilisé en Nouvelle-Calédonie le 5 octobre. ©NC la 1ere

 

"Risque de thrombose"

Le même jour, une professionnelle de santé participant au point Covid du gouvernement rappelait les réserves qui entourent le vaccin Janssen : "Il est très peu utilisé en Métropole parce qu'il a montré une moins bonne efficacité que le vaccin à ARN messager et il y a des alertes de pharmacovigilance, notamment sur des thromboses". Mais comme le relevait le Dr Thierry Chhuy, à Ko We Kara : "Malgré le risque de thrombose", les personnes présentes "ont quand même voulu recevoir leur dose vaccinale."

"Normalement, ils doivent recevoir une dose de rappel en cas de virus circulant", rappelait-il. "Mais je pense qu'on va adapter le modèle à la Calédonie." Ce mardi, 76 personnes ont eu une injection au Janssen. Y compris des personnes de moins de 55 ans, alors que c'est l'âge minimum recommandé pour le recevoir. Mais elles y tenaient. Tous ces volontaires ont été informés des risques secondaires potentiels liés à ce vaccin. Et plus de 200 personnes ont opté pour la vaccination en voiture.

Un double reportage de Thérèse Waïa et Cédric Michaut :

©nouvellecaledonie