Covid-19: au point presse du mardi 5 octobre, huit nouveaux décès et la barre des 100 000 doses de vaccin

coronavirus
Vaccination médecins Covid
La vaccination anti-Covid désormais possible en cabinet médical. ©Natacha Lassauce-Cognard / NC la 1ere
Depuis le bilan d'hier, huit personnes ont perdu la vie du fait de la pandémie. Une reprise de la vaccination se précise, avec un volet consacré aux libéraux de santé.

Encore un lourd bilan en termes de morts liées à la pandémie : depuis le point Covid de la veille, huit personnes ont perdu la vie à cause du virus - si le nombre de douze a été donné à tout le pays durant le point presse du jour, il s'agissait d'une erreur, a-t-il été précisé aux journalistes. Cela représente un total de 165. Les communes les plus endeuillées étant Nouméa, Dumbéa et le Mont-Dore, soit les trois villes les plus habitées, a précisé Yannick Slamet, porte-parole du gouvernement, lors du point Covid de ce mardi 5 octobre. 

Toujours un nombre important de malades en réanimation

Avec 364 cas positifs de plus en un jour, le décompte total est passé à 8 506. "L'incidence cumulée est de 540", ce qui indique une baisse régulière depuis le 20 septembre. Toujours selon le bilan sanitaire officiel, 57 malades se trouvent en service de réanimation au Médipôle. Les unités Covid accueillent 297 patients. Et ils sont 83 à se trouver sous surveillance en hospitel (61 dans le Sud, seize en province Îles et six dans le Nord).

Sans oublier les 6 083 personnes considérées comme guéries, qui ne sont par conséquent plus contagieuses.

"Excellente reprise de la vaccination"

"Depuis quelques jours, on peut constater une excellente reprise de la vaccination", a souligné Yannick Slamet, "notamment des secondes doses". La journée de lundi a connu 5 334 injections. La population vaccinable est passée à 66,78% pour la première dose (ça fait 57% de la population totale). Le porte-parole a aussi mentionné 44,43% de gens ayant un schéma vaccinal complet (ce qui fait 37,94% de la population totale).

Les 100 000 symboliques

Depuis le début de la campagne, le 20 janvier, 102 814 personnes ont eu les deux doses. Et depuis le 6 septembre, près de 100 000 injections ont été administrées. A noter que le gouvernement a mis en place une cellule de rappel pour inciter les primo-vaccinés à aller faire leur deuxième passage.

En quatre semaines, depuis le 6 septembre, près de 100 000 injections, toutes doses confondues, ont été réalisées, partout sur le territoire, grâce à la mobilisation des trois provinces, de la Cafat, des communes, des multiples organisations et associations…

Yannick Slamet

 

Sur la vaccination en libéral

Un point en présence de Frédérique Ducrocq, pharmacienne inspectrice de la DASS, et d'un médecin libéral, pour décliner la question de la vaccination dans les cabinets médicaux et dans les pharmacies.

"Depuis le 15 septembre, la vaccination en libéral peut être réalisée par les médecins, les infirmiers et les pharmaciens qui ont suivi la formation", a détaillé Dr Ducrocq. Dès ce mercredi 6 octobre, "cette vaccination sera aussi possible par les sage-femmes de Nouvelle-Calédonie." En précisant que : "Certaines catégories de personnels comme les dentistes, les pompiers, les vétérinaires ou les techniciens de laboratoire sont également habilités à vacciner mais eux, dans des centres de vaccination."

La pharmacienne inspectrice a précisé que ce dispositif était en place aussi en Brousse - citant Bourail, Koné, Houaïlou ou Ouégoa - et aux îles. Elle a évoqué un nombre de 170 professionnels formés par l'IFPSS, y compris en distanciel. Avec par ailleurs, pour les médecins, infirmiers et pharmaciens, une session d'information, "toujours disponible en vidéo".

Quel circuit pour les doses de vaccin ?

Comment s’organise cette vaccination en libéral, de façon concrète ? "Les vaccins sont tenus congelés dans la pharmacie de l’hôpital", décrit Frédérique Ducrocq. "Les deux grossistes pharmaceutiques passent commande à la pharmacie de l’hôpital, qui prépare la décongélation et le matériel. Les pharmacies passent commande auprès de leur grossiste pour leur propre usage et ceux des autres professionnels de santé. Elles mettent les flacons et le matériel de vaccination à disposition des professionnels de santé vaccinateurs."

A ce jour, 500 flacons ont été distribués, ce qui représente 3 500 doses. 

Dr Ducrocq, pharmacienne inspectrice de la DASS

 

Avis aux "personnes qui ne peuvent se déplacer, elles peuvent en faire la demande auprès de leur professionnel de santé, et se faire vacciner à leur domicile"

516 professionnels inscrits pour vacciner ou dépister

Depuis le jeudi 30 septembre, la DASS dénombre 1 520 injections ainsi administrées en libéral : 43% par les médecins, 54% par les pharmaciens et 3% par les infirmiers. Autre donnée : 516 professionnels inscrits sur la plate-forme numérique dédiée, pour faire soit de la vaccination soit du dépistage par TROD. 

Des organisations différentes d'un cabinet à l'autre

Le flacon de vaccin Pfizer permet de faire sept doses de vaccination, rappelle le Dr Mellin-Douchy, du collectif médical. Les cabinets de médecine générale sont donc obligés de s’organiser, ils le font de façon différente. Certains généralistes ont décidé que c’était complexe et ne feront pas de vaccination. Des médecins vont le faire dans leur cabinet, sur rendez-vous. "Et certains confrères se sont organisés en réseau, par quartier." Bref : renseignez-vous auprès de votre médecin. La consultation pour une vaccination est gratuite et prise en charge, a-t-il été souligné.

C’est des petits volumes de vaccination par cabinet médical, mais multiplié par le nombre de cabinets, c’est une petite victoire sur la couverture vaccinale.

Géraldine Mellin-Douchy, collectif médical

 

Des réserves sur le Janssen

Concernant le vaccin Janssen, dont 2 000 doses ont été acheminées sur le Caillou, Géraldine Mellin Douchy relativise : "Il est très peu utilisé en Métropole parce qu'il a montré une moins bonne efficacité que le vaccin à ARN Messager et il y a des alertes de pharmacovigilance, notamment sur des thromboses".

C'est un vaccin recommandé aux plus de 55 ans en l'absence de disponibilité d'un vaccin à ARN Messager, poursuit-elle, "ce qui n'est pas le cas en Nouvelle-Calédonie. Ce vaccin répond à la demande de gens qui ont très peur de l'ARN messager"

Marchés, autotests, prise en charge...

Parmi les annonces, la confirmation que les marchés seront ouverts à compter du samedi 9 octobre, sous réserve de respecter tout un ensemble de mesures préventives. Concernant la vente des auto-tests en pharmacie, un projet d’arrêté a été élaboré. Il devrait être pris par le gouvernement ce mercredi, a-t-il été indiqué. Autre info : "tout un train de mesures doivent être prises pour la prise en charge des malades à domicile", a précisé Yannick Slamet. Et le passe sanitaire ? "C'est en discussion." 

Retrouvez le point Covid du mardi 5 octobre :

 

Synthèse du point presse par le gouvernement :