Agression filmée à Pierre-Lenquette : deux personnes devant le tribunal ce vendredi

justice nouméa
61b2e6b639165_capture-d-ecran-2021-12-10-a-16-33-19.png
Le tribunal de première instance de Nouméa. ©Natacha Lassauce-Cognard
Après l'agression la semaine dernière d'un homme à Pierre-Lenquette, deux personnes sont déférées demain, vendredi, devant le tribunal correctionnel. La scène avait été filmée et diffusée sur internet. Ils encourent jusqu'à 5 ans d'emprisonnement.

C'est une agression particulièrement violente qui a été filmée et diffusé sur les réseaux sociaux il y a dix jours. Selon le Parquet, "deux personnes seront déférées, ce vendredi 31 décembre, pour comparaître devant le tribunal correctionnel selon la procédure de comparution immédiate" pour cette affaire.

Cette vidéo a récemment circulé sur les réseaux sociaux "montrant une agression particulièrement violente d’un homme, manifestement alcoolisé sur un autre homme, alors même que celui-ci est allongé sur le sol".

Pour rappel, les faits ont eu lieu au cours de la nuit du 20 au 21 décembre 2021 dans la cité Pierre-Lenquette, à Nouméa, suite à une soirée au cours de laquelle les protagonistes consommaient une grande quantité d’alcool.

Coups de poing et de pied à l’aide de chaussures de sécurité

Toujours selon le procureur, les investigations ont permis d’interpeller l’auteur de ces violences, consistant en des coups de poing et de pied à l’aide de chaussures de sécurité. "La victime qui a été hospitalisée en raison de graves lésions au bras gauche et d’une fracture radiale, s’est vue prescrire une incapacité totale de travail de 90 jours à l’issue d’un examen par un médecin-légiste."

Une scène filmée par une jeune femme

L’auteur des violences commises avec la circonstance aggravante d’un état d’ivresse manifeste a reconnu les faits, en précisant "qu’il s’était mis en colère car la victime lui avait mal parlé."

Par ailleurs, une femme âgée de 19 ans qui a enregistré la scène de violence devra répondre du délit d’enregistrement d’images relatives à la commission de violence volontaire. Les deux mis en cause encourent la peine de 5 ans d’emprisonnement.

"Le parquet estime que la gravité de ces faits de violence par ailleurs enregistrés et diffusés sur les réseaux sociaux justifie le recours à la procédure de comparution immédiate dans l’objectif d’un traitement judiciaire rapide et ferme."