Pollution dans le lac de l'hippodrome de Nouméa : EPLP alerte sur les dangers

environnement nouméa
algues vertes hippodrome de Nouméa
©NCla1ère
Le lac de l’hippodrome à l’Anse-Vata victime des dysfonctionnements de la station d'épuration de l'Anse-Vata. C'est en tout cas ce que dénonce Ensemble pour la planète. Les analyses demandées par l'association démontrent une pollution par des eaux usées mal assainies.
[MISE A JOUR AVEC RETOUR D'ANALYSES]

Des algues tapissent en partie la surface du lac de l’hippodrome Henry-Milliard, à Nouméa. D’après les riverains, cette situation durerait depuis le début du mois. Le niveau du cours d’eau aurait baissé de façon anormale. Mobilisée sur le sujet, Ensemble pour la planète a effectué des prélèvements en sortie de l'arroyo pour les faire analyser. Les résultats confirment les craintes de l'association. 
 

«Contamination fécale»

EPLP a reçu et partagé aujourd'hui les résultats des analyses. Elle affirme sur sa page Facebook que "malgré la dilution des rejets de la STEP dans le lac de l’hippodrome, le taux d’entérocoques (témoins d’une contamination fécale) à l’arrivée en mer est plus du double que la norme requise par la réglementation ICPE !". Les chiffres se révèlent en effet alarmants pour l'étendue d'eau qui se déverse dans l'Anse-Vata : en plus des entérocoques, la demande chimique en oxygène (DCO) est 16 fois supérieure à la norme et les matières en suspension (MES) sont trois fois supérieures à la norme. 

 

Eutrophisation

Ensemble pour la planète tire la sonnette d’alarme. Le lac serait ainsi touché par un phénomène chimique : l’eutrophisation. « C’est une prolifération anormalement importante de végétaux, en l’occurrence d’algues, parce qu’elles sont trop bien nourries. Elles reçoivent en fait des eaux mal épurées, mal assainies, qui sont riches en azote et en phosphore, qui sont les oligo-éléments nécessaires à leur prolifération » explique Martine Cornaille, vice-présidente d’Ensemble pour la planète.
algues vertes hippodrome de Nouméa
©NCla1ère
 

Un danger pour la faune et la flore du lac

Aucune odeur ne se dégage de cet amas végétal, mais sa prolifération représenterait un danger pour la faune et la flore du lac. « Lorsque les algues se sont multipliées de façon anarchique, elles finissent par mourir et lorsqu’elles sont mortes, elles sont dégradées par des microbes qui détournent tout l’oxygène du milieu à leur profit, ce qui fait que le lac dans son entièreté est privé d’oxygène, ce qui entraîne la mort des autres êtres vivants et notamment des poissons » poursuit Martine Cornaille. 
Arroyo anse vata
Les microbes se déversent dans l'Anse Vata par l'arroyo relié à l'hippodrome. ©NCla1ère
 

Un danger pour l’homme 

Selon l’association, cette situation serait dangereuse pour l’homme. Le lac est relié à la baie de l’Anse Vata. Un endroit très fréquenté : on s’y baigne, on y pêche et on y pratique des activités nautiques. « Les microbes se déversent au niveau des farés de l’Anse Vata. Alors on attend de la mairie qu’elle prenne un arrêté d’interdiction de baignade, jusqu’à ce que les choses soient rentrées dans l’ordre au niveau de la station d’épuration et du lac de l’hippodrome ». Contactée, la mairie de Nouméa n’a pas donné suite à notre demande.

Le reportage de Clarisse Watue et Philippe Kuntzmann :
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live