Aux Portes-de-Fer, des collégiens s'impliquent pour la cause animale

animaux nouméa
Opération stérilisation au collège des Portes-de-Fer
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
Des adolescents qui se mobilisent pour faire stériliser les chiennes et chattes de leur quartier, ça se passe à Nouméa, aux Portes-de-Fer. Les élèves du collège lancent l’opération cette année, en lien avec la Spanc. Objectif : limiter le nombre d'animaux, souvent agressifs, dans les rues.
Dans le rôle de formateur, le jeune Soren Vergès. Quatre ans qu’il fait partie du club des animaux de la Spanc, au collège des Portes-de-Fer. Avec lui, cinq novices, attentifs à ses précieux conseils. Première étape de la visite : la cage des félins. «Là, on est dans la première chatière du refuge, où il y a une dizaine de chats, dont on va s'occuper tout cet après-midi, annonce Soren. On va changer les litières, les brosser, remplir leurs gamelles.»
 
Club des collégiens de Portes-de-fer amis de la Spanc, 2020, chat
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 

Peur de croiser des chiens

Cette année, cinq nouveaux élèves viennent grossir les rangs de l’atelier. Clara, Peniel, Jenna ou encore Carmen, élève de sixième. Sa passion pour les animaux ne date pas d’aujourd’hui. Mais la maltraitance et l’errance animales préoccupent la jeune fille. «C'est bon de stériliser les chiennes et les chattes, parce qu'il y en a trop dans les quartiers, insiste Carmen. Quand je rentre de l'école, j'ai peur de croiser des chiens méchants.» 
 

Besoin de financement

Très actif, le club a participé à la stérilisation des chiennes et des chattes de la Spanc, dont le refuge se trouve à Koutio, et veut désormais continuer avec les animaux des Portes-de-fer. Le projet est ambitieux et il a surtout besoin de fonds. Les élèves ont l’objectif de réaliser des objets comme des bracelets, afin de les vendre. La stérilisation a un coût qui avoisine la somme de 15 000 F par animal. 
 
Opération stérilisation des animaux aux Portes-de-fer, 2020
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 

«Très enthousiastes»

«Les élèves sont très enthousiastes, parce que c'est leur quartier», souligne Nathalie Gaudin, professeur au collège des Portes-de-Fer et elle-même bénévole à la Spanc. C'est une mission qu'on s'est donnés pour cette année. Les élèves sont très favorables à ça. Ils viennent d'ailleurs au Refuge, en plus, pour faire du bénévolat
 

Changer l'image

Pour sensibiliser les habitants du quartier à leur démarche, les collégiens prévoient notamment la réalisation d’affiches. Cette action citoyenne vient gommer l’image de l’établissement, qui a souvent mauvaise réputation.

Un reportage de Cédrick Wakahugnème : 

Opération stérilisation des animaux aux Portes-de-fer