Camp-Est : une vidéo qui interpelle

justice nouméa
Entrée du Camp-Est
Entrée du Camp-Est ©Nc la 1ere
Il s’agit d’un document rare : une vidéo clandestine, tournée et diffusée avec un téléphone portable par un détenu du Camp-Est. Ces images décrivent les conditions de vie au sein du centre pénitentiaire de Nouvelle-Calédonie. Elles suscitent de nombreuses réactions.
Comme une bouteille jetée à la mer, depuis «l’île de l’Oubli», un détenu se filme en direct, clandestinement.
 

Si je prends le risque de faire ce direct, c’est dans l’espoir qu’on nous apporte des éléments de réponse quant à l’inaction de l’Etat français et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie concernant la réinsertion sociale des détenus.

- L'auteur de la vidéo

 

Organisation carcérale

Une prise de parole pour se rendre intéressant, diraient certains. Inutile, ils l’ont bien cherché, diraient d’autres… Mais pour Ricardo Poiwi, intervenant culturel au Camp-Est, c’est un cri du cœur face à une mauvaise organisation carcérale. Il donne un exemple parmi d’autres. «Des gars arrivaient en atelier, il était 9 heures et demi - 10 heures. Ils étaient en crise parce qu’il n’y avait plus qu’une heure. Et moi, je n’intervenais que deux matinées par semaine», raconte-t-il. «Déjà, ils vivent ce qu’ils vivent, et en plus, on les fait arriver en retard. Après, il y a une certaine tension qui se passait dans les ateliers. C'est tout ce petit cumul...»
 
Camp Est
©DR
 

Quand quelqu’un a été condamné, il a sa peine à faire. Il doit à la société quelque chose. Mais une fois qu’il est là-bas, ce n’est pas la peine de lui mettre la tête sous l’eau. J’y ai passé deux ans et demi en tant qu’intervenant artistique pour la sculpture. J’ai vu ces endroits, j’ai senti les odeurs, j’ai vu des rats passer partout dans les ateliers. C’est vraiment un endroit délabré.

- Ricardo Poiwi, intervenant culturel

 
CAMP EST conditions
Photos prises en 2019 au Camp-Est par la mission de la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté. ©CGLPL
 

Conteneurs

Les conditions de détention au Camp-Est sont dénoncées en 2011 et en 2019. L’État est condamné. Depuis, deux cellules sur trois sont des conteneurs métalliques, mesures dites provisoires qui durent depuis trop longtemps.
 

Audition d'un syndicat

Une inaction de l’Etat déploré également par le personnel pénitentiaire. Vendredi soir, un syndicat devait être auditionné en visioconférence par la directrice interrégionale de l'administration pénitentiaire, chargée de l'Outre-Mer. «Une visio, concernant nos effectifs - on est en sous-effectif chronique - et les conditions de détention», expliquait Moana Mana, délégué syndical USTKE au Camp-Est. 
 

Un des points clés que les syndicats de l’établissement revendiquent, c’est la construction d’une nouvelle prison. Sur le même site. 

- Moana Mana, délégué syndical USTKE au Camp-Est

 
Camp Est. Prison
©Coralie Cochin
 

«Ça use»

«Ce manque d’effectifs nous fait faire des heures sup’, donc des services à rallonge», insiste-t-il. «Par mois, on tourne à plus de 2000 heures supplémentaires. Au bout d’un moment, ça use le mental et le moral des agents.» 
 

Aucun cours avec à la clé l’obtention d’un diplôme n’est proposé ici. Aucune formation professionnelle n’est possible pendant notre séjour ici.

- L'auteur de la vidéo

 

Surtout les matières générales 

Autre point abordé par la vidéo clandestine : les cours et formations diplômantes inexistantes. Qu’en est-il réellement ? «On est cinq enseignants à temps plein. Et on essaie de dispenser essentiellement les matières générales : français, maths, histoire-géo, sciences», détaille Pierre Bouvier, responsable de l’unité locale d'enseignement du Camp-Est. «Après, on s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux mineurs, pour lesquels on a un devoir d’enseignement. Douze heures d’enseignement minimum par mineur par semaine.»
 

On essaie de dispenser essentiellement les matières générales : français, maths, histoire-géo, sciences.

- Pierre Bouvier, responsable de l’ULE, vice-rectorat

 
Panneau Camp-Est, Camp Est, service probation / bracelet électronique
©NC la 1ere
 

Prévention de l'illettrisme

Autre aspect : «Les personnes qui ne savent pas lire, qui ne savent pas écrire, il fallait qu’on fasse quelque chose pour elles», continue Pierre Bouvier. «On a fait en sorte d'ouvrir un module de prévention de l’illettrisme, depuis quelques mois.»  Selon la direction de la prison, un projet de validation des acquis - VAE - et deux nouvelles formations (soudure et agent de propreté) viendront étoffer l’offre éducative en 2021. Pour un public au niveau scolaire extrêmement varié. Dans des locaux, eux , toujours plus délabrés.

Un dossier de Nadine Goapana et Franck Vergès, diffusé au JT de vendredi soir :
Les Outre-mer en continu
Accéder au live