Ces élèves de la filière sécurité qui s'inquiètent de l'insécurité

éducation nouméa
Mouvement d'humeur des élèves métiers de la sécurité au lycée Attiti, 19 juillet 2018
Rencontre entre la proviseure du lycée Attiti et les élèves de la filière sécurité. ©NC la 1ère / Brigitte Whaap
Mouvement d’humeur au lycée pro de Rivière-Salée. La centaine d’élèves formés aux métiers de la sécurité n’ont pas pris les cours ce jeudi. Ils interpellent notamment sur les problèmes d’insécurité, après la bagarre dans laquelle des lycéens de la filière ont été impliqués.
 
Facile de les repérer, les élèves formés aux métiers de la sécurité par le lycée Petro-Attiti: ils portent une tenue qui évoque l’uniforme des pompiers ou des policiers. Bref, ce qui deviendra sans doute leur emploi. Lundi après-midi, deux d’entre eux ont été blessés dans une bagarre survenue à l’extérieur de cet établissement scolaire situé à Rivière-Salée. 
 

Bagarre

Une bagarre que le gouvernement «condamne», dans un communiqué diffusé ce matin, en évoquant «des incidents inacceptables». Selon la police nationale, dix-neuf lycéens ont alors été interpellés. Dix-sept ont été placés en cellule de dégrisement et l’un «devrait être poursuivi, dans l'attente des certificats médicaux des victimes».
 

Climat

Les élèves de la filière sécurité, une centaine sur un effectif d’environ 900, ne livrent pas du tout la même version que le gouvernement. Ils évoquent une agression de deux des leurs par d'autres lycéens, mais aussi par des jeunes du quartier extérieurs à Petro-Attiti. Ils décrivent même un climat général qui leur est défavorable.
 

Anxiété

Ce jeudi matin, les «métiers de la sécurité» n’ont pas pris les cours. Mais ils ont exprimé leurs inquiétudes, avec le soutien des parents d’élèves: insécurité, mais aussi anxiété après plusieurs mois d’absence du professeur «pompiers»… 
Ecoutez Rone, en terminale bac pro, dont les propos ont été recueillis par Clarisse Watue.
 

Rencontre samedi

«Au vu des questions et des inquiétudes, j'ai invité tous les parents d'élèves de la filière sécurité samedi à 9 heures, pour rencontrer l'équipe et qu'on puisse plus largement échanger», annonce pour sa part Carine Blanc, la proviseure du lycée. 

Le reportage de Brigitte Whaap et Michel Bouilliez.
©nouvellecaledonie

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live