Condamnation d'Hugues Vhemavhe : quel est son avenir au sein du sénat coutumier?

sénat coutumier nouméa
hugues vhemavhe, président du sénat coutumier 2022
Hugues Vhemavhe a été élu nouveau président du sénat coutumier, ce samedi 10 septembre 2022, à Canala ©Claude Lindor
Le président du sénat coutumier, Hugues Vhemavhe, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 165 000 F d'amendes. Se pose aujourd’hui la question de son avenir au sein de l’institution coutumière. Dès la semaine prochaine, s'y organisera une réunion pour décider des suites à donner à cette affaire.

Après avoir été interpellé, dans la nuit de mardi à mercredi, pour conduite en état d’ivresse, le président du sénat coutumier, a plaidé coupable ce jeudi après ses 24 heures de garde à vue. Hugues Vhemavhe, qui est à la tête de l'institution depuis le mois dernier, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 165 000 francs d'amende.

On peut se demander quel sera son avenir au sein du sénat coutumier. L'institution organise, dès la semaine prochaine, une réunion pour décider des suites à donner à cette affaire. La loi organique est imprécise. Si elle présente les rôles, les missions et les attributions du sénat coutumier et des sénateurs, elle n’indique aucun élément sur la manière de gérer ce type d’affaire.

Hughes Vhemavhe pourrait être remplacé

Mais le sénat coutumier a la possibilité de décider en concertation du sort de son président. Les sénateurs vont donc s’appuyer sur le règlement intérieur de l’institution. Celui-ci leur donne la possibilité de se réunir dès mardi en séance plénière extraordinaire. Les sénateurs vont échanger et palabrer au sein de ce conclave.

Selon nos informations, Hughes Vhemavhe pourrait être remplacé à la présidence du sénat coutumier. C'est une des décisions plausibles et envisagées. Mais il conservera tout de même son mandat de sénateur de la région Hoot Ma Whaap.

Outre le sénat coutumier, il n’est pas exclu que Hughes Vhemavhe doive aussi rendre des comptes auprès de son conseil d’aire. Car chaque conseil a la possibilité aujourd’hui de pouvoir décider de l’avenir de ses sénateurs.