Confinement : ils ont pu profiter de ce jour férié

économie nouméa
©nouvellecaledonie
Au premier jour du long week-end, allégé en restrictions sanitaires, les Calédoniens étaient nombreux à vouloir profiter d’une baignade sur un îlot ou d’un déjeuner sur l’eau. De quoi redonner le sourire aux opérateurs de tourisme nautique.

Un cri du cœur résonne à l'Anse-Vata : "On va à l’île aux Canards !" Plaisir à nouveau accessible, ce jeudi 11-Novembre, à Nouméa. Devant un ballet incessant de taxi-boats, les passagers n’attendent qu’une chose : profiter enfin des îlots environnants après plusieurs week-ends de confinement strict.

On aurait pu être libres de nos mouvements et se retrouver sous la pluie. Là, les étoiles se sont alignées. Hier, j'ai appelé pour qu'on puisse passer une journée à se détendre au soleil et oublier un peu le quotidien. 

Caroline Timoteo

 

Reprise sous protocole

Un quotidien en nette amélioration pour les professionnels du tourisme nautique, désormais autorisés à reprendre l’essentiel de leurs activités… dans le respect des protocoles.

Il y a pas mal de monde, on a l'impression qu’on est un peu revenu à la normale. Il faut juste respecter sur l’îlot les distanciations sociales, le port du masque et nous, on contrôle tous les pass sanitaires. 

Paul Girardot, employé de l'île aux Canards

 

Retour au Ponton

Un sésame également nécessaire pour accéder à ce restaurant, loin des rivages, les pieds dans l’eau… Ce jeudi midi, une cinquantaine de clients renouent avec le plaisir d’une baignade avant de passer à table. Comme un air de liberté, et de redémarrage.

On se sent pousser des ailes… Pour nous professionnels de la mer, sur le plan économique, on sent aussi le début de la saison qui arrive, qui vraiment s’est faite attendre. Ça va commencer a faire du bien, on a quelques mois de beau temps, il va falloir tirer notre épingle du jeu. 

Philippe Frolla, gérant du restaurant flottant

 

Du monde plein les baies

Ça commence bien : pour dimanche, le restaurant flottant affiche complet. Son propriétaire n’a plus qu’un espoir, que les indicateurs sanitaires lui restent favorables. Et pendant ce temps, la Baie-des-Citrons, comme l'Anse-Vata faisaient le plein de nageurs, de "bronzeurs", de promeneurs et de clients attablés dans les établissements commerciaux.

En cliquant sur l'image en tête d'article, voyez le reportage de Loreleï Aubry et Gaël Detcheverry.