Distribution de 500 kg de denrées au profit d'associations

solidarité nouméa
Distribution de 500 kg denrées surgelées au profit de structures associatives
©NCla1ere
Une banale coupure d’électricité aura contraint un restaurateur de Port Moselle à réaliser un don en faveur de différentes structures associatives. Une initiative généreuse de 500 kg de denrées alimentaires surgelées, qu'il a fallu rapidement distribuer pour éviter tout gaspillage. 
Contactées en urgence, les associations - Macadam Partage, le centre d’accueil les Manguiers et Zéro Waste Pacifique - se sont mobilisées ce samedi afin de réceptionner 500 kg de denrées surgelées proposées par un restaurateur de Port Moselle.
Une panne de courant au niveau des chambres froides du restaurant a impacté le stock de surgelés. Une course contre la montre s'est alors engagée. Grâce à cette initiative généreuse et à la réactivité des associations, plusieurs foyers ont pu bénéficier d'un choix varié d'aliments. 
 

 « Y’a des fruits de mer, du pain, des gâteaux, de la viande, et faut faire vite pour qu’ils soient consommés par les familles des Manguiers »

 
Direction Numbo dans le quartier de Ducos à Nouméa. Ici, vivent une centaine de personnes en situation de précarité, essentiellement des familles monoparentales fragilisées par ce confinement imposé par la crise du coronavirus. Ce ravitaillement à domicile est très apprécié.
 

« C’est encore plus difficile comme on est sur Numbo, on a une navette Tanéo mais c’est suspendu avec ce virus qui traine »


Le directeur du centre d’accueil Les Manguiers, Alain Poigeaud estime qu'il est impératif de repenser le dispositif de l’aide alimentaire sur le territoire.
 

 « Le problème qui va se poser dans l’avenir, c’est que nous allons avoir besoin d’un lieu de stockage permanent dont le montant est estimé à 3 millions FCFP. »


A l'heure actuelle, le volet logistique de l’aide alimentaire n’est pas encore optimale, en revanche, les denrées, elles ne manquent pas.
Une aubaine pour les personnes âgées, isolées ou démunies, particulièrement exposées en cette période de crise sanitaire.  

Reportage Lorelei Aubry et Cédric Michaut
©nouvellecaledonie