publicité

Des écoles abîmées mais pas lâchées

23 millions CFP de réparations dans les écoles de Nouméa. C’est le montant déboursé par la municipalité sur l’année 2018. Elle poursuit ses investissements pour améliorer la sécurité et le confort des élèves, malgré les nombreux dégâts commis dans ses établissements.
 

L'école primaire Louise Vergès à Tindu dégradée par le feu d'une poubelle cette année. © Mairie de Nouméa.
© Mairie de Nouméa. L'école primaire Louise Vergès à Tindu dégradée par le feu d'une poubelle cette année.
  • Par Martin Charmasson
  • Publié le , mis à jour le

200 sinistres légers

En 2017, la mairie de Nouméa avait installé dans toutes ses écoles un système d’alarme intrusion relié à un vidéo-surveilleur. Une mesure prise après avoir constaté que les dégradations commises changeaient de secteur en fonction des renforcements de sécurité installés dans tel ou tel établissement. La problématique, pour autant, n’est pas réglée.
 

« En 2018, on a recensé 200 dégradations sur les 51 écoles de la ville, ce qui a engendré 23 millions de dépenses pour des réparations et du gardiennage. Il ne s’agit pas de gros sinistres, mais ils sont récurrents. Des volets arrachés, des bris de vitres, des portes fenêtres enfoncées, analyse Eric Esposito, responsable de la division aménagement et construction publique à la mairie.


Sur les photos conservées de ces incidents, on mesure la diversité des dégâts.
 

« Parfois, ils récupèrent les poubelles et les placent dans des coins avant de les brûler, sans autre intérêt que cela. C’est vraiment casser pour casser, parce qu’il n’y a rien à voler dans les écoles. Là, c’est une porte forcée au pied-de-biche. Ici, des lits qu’ils ont tenté d’incendier » soupire celui qui travaille pour le patrimoine de la ville depuis près de trente ans.

 
Une porte enfoncée au pied-de-biche. © Mairie de Nouméa
© Mairie de Nouméa Une porte enfoncée au pied-de-biche.


120 millions pour améliorer les établissements

Pour contribuer à protéger davantage les murs abritant les élèves, les enseignants, et le personnel administratif, la mairie continue ses investissements. Entre janvier et février, des clôtures barreaudées et rehaussées à deux mètres seront installées dans quatre écoles (Burck, Charbonneaux, Orchidées et Poncet) pour un montant de 33 millions CFP. Un vaste programme qui prend du temps : pour l’instant, seuls 19 établissements en sont équipés. Le mener à bien reste une urgence. Depuis le début des vacances scolaires, une vingtaine de nouveaux sinistres ont été relevés.
 

Cinq passages en liaison froide

D'autres investissements sont prévus pour améliorer le cadre de vie scolaire (un budget global de 120 millions). Cinq cantines sont aménagées pour fonctionner en liaison froide (Arsapin, Lods, Courtot, Devambez et Boletti). Un mode de préparation qui permet de conserver la qualité nutritive des aliments, mais aussi de dissocier fabrication et consommation des plats.
Le reportage de Caroline Antic-Martin et Michel Bouilliez.
TRAVAUX CANTINES SCOLAIRES
 

Pour le confort thermique

Par ailleurs, le confort thermique, qui vise à diminuer la température dans les salles de classe pour le bien-être des enfants, sera assuré dans quatre écoles (Poncet, Talon, Les Œillets, Panné).

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play