publicité

Sous les grandes cases, le marché vivrier

Le marché mensuel des femmes rurales se déroule chaque premier dimanche du mois à Nouméa, au centre culturel Tjibaou. Les exposantes viennent de tribu proposer les produits qu’elles cultivent ou qu’elles fabriquent. Et c'est souvent la curiosité qui pousse les visiteurs à acheter.

Le marché des femmes rurales a lieu une matinée par mois. © NC La 1ère
© NC La 1ère Le marché des femmes rurales a lieu une matinée par mois.
  • Marguerite Poigoune, avec Cédric Michaut et F.T.
  • Publié le
Dans le hall du centre Tjibaou, une visiteuse du dimanche achète des mwatas. En la voyant, une autre fait de même - «c’est par curiosité, on va goûter ça». Ce matin, le marché mensuel des femmes rurales, qui a lieu chaque premier dimanche du mois, faisait la part belle aux exposantes de Houaïlou, par exemple.

De Houaïlou à Yaté...

Dans leurs bagages, «du poisson, des citrons, des bananes, des feuilles de taro, des cœurs de citrouille, des bambous», énumère Alliège Leclère, qui explique: «à chaque fois qu’il y a un marché au centre culturel, le dimanche, pas mal de monde passe.» Echanger, se rencontrer, se faire un peu d'argent: tels sont les objectifs de ce rendez-vous lancé il y a moins d'un an, fin avril 2017.
Ecoutez le reportage complet de Marguerite Poigoune (avec en photo de la vannerie en jonc à la façon de Païta).
«Un petit surplus pour leurs revenus»


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play