La bibliothèque Bernheim renoue avec ses adhérents

culture nouméa
bibliothèque bernheim
La bibliothèque Bernheim accueille à nouveau les passionnés de livres, après l'arrêt du pass sanitaire. ©Alix Madec / NC la 1ère
Après la suppression du pass sanitaire, ils sont nombreux à être de retour au sein de la bibliothèque, qui recense près de 5 000 adhérents chaque année. Au sein de l’antenne de Nouméa, une vingtaine d’inscriptions ont été enregistrées uniquement hier, samedi matin, soit deux fois plus que d'habitude.

C’est un lieu où réside un calme olympien et une institution qui recense près de 100 000 documents. La bibliothèque Bernheim retrouve son public, après des mois difficiles marqués par la crise du Covid-19 et le pass sanitaire obligatoire. Un retour apprécié par les habitués comme Aurélia. "J'y viens pour travailler, faire mes devoirs, faire des recherches, c'est très important, surtout pour ceux qui n'ont pas internet chez eux. C'est fini le pass sanitaire, c'est plus simple maintenant" confie la jeune fille.

Près de vingt inscriptions en une matinée contre 15 à 30 inscriptions par jour en moyenne en temps normal. Un engouement partagé par les bibliothécaires qui renouent volontiers avec les lecteurs.

Les gens ont besoin de culture, ils viennent et restent en salle. Avant, on avait beaucoup de gens qui venaient qui empruntaient et qui repartaient mais là ils restent pour profiter de l'endroit. Ça fait plaisir de revoir la bibliothèque pleine de vie

Serge Bonnenfant, bibliothécaire

Serge Bonnenfant, bibliothécaire

Bientôt un nouveau départ pour la bibliothèque

Une bibliothèque qui a vu son budget se réduire de près de 130 millions de francs cfp sur dix ans. Un budget total de 320 millions de francs en 2021, financé par le gouvernement, les provinces et les communes de Nouméa, Koné et de Poindimié, où se trouvent les trois antennes de la bibliothèque. 

rayons bibliothèque bernheim
Le bâtiment principal sera entièrement détruit puis reconstruit, en octobre 2022. La bibliothèque devra donc fermer ses portes pendant deux ans au moins, le temps des travaux. ©Alix Madec / NC la 1ère

"On estime qu'il faut mettre entre 5 et 10% de renouvellement pour qu'un fond puisse vivre parce qu'un fond de bibliothèque ce n'est pas comme un fond que l'on peut avoir chez soi..." explique Christophe Augias, directeur de la bibliothèque Bernheim. Un fond qui se raréfie si on ne le renouvelle pas.

En octobre prochain, c’est une nouvelle page qui s’ouvre pour l’établissement. Le bâtiment principal sera entièrement détruit puis reconstruit. La bibliothèque devra donc fermer ses portes pendant deux ans au moins, le temps des travaux. Pour l’heure en revanche, aucune solution pour accueillir le public ailleurs, en attendant, n’a été trouvée.