Le marché de la plaisance n'a pas le vent en poupe

économie nouméa
Capture septième salon de la mer et du bateau (2 mars 2017)
Des bateaux en tous genres se sont fait admirer trois jours durant, à Nouméa. ©NC 1ère
Le septième Salon de la mer et du bateau en Nouvelle-Calédonie s'est refermé ce dimanche en fin d'après-midi, à Nouméa, après trois jours d'exposition et de démonstrations, dans le contexte d'un marché de la plaisance stagnant.
Choisir un nouveau leurre pour la pêche, renouveler son accastillage ou carrément acheter un bateau : tout cela était possible durant trois jours, à Nouméa, auprès de la trentaine d'exposants répartis sur le quai des Volontaires. C'est là que s'est déroulé le septième Salon de la mer et du bateau.

«7000 visiteurs»

A 17 heures ce dimanche, au moment de clôturer l'événement, son organisateur estimait la fréquentation à environ 7000 visiteurs. Soit un peu moins que l'an dernier. Mais Bertrand Van-Halle souligne le succès du volet animations, qui était plus développé cette année. «On a eu un beau temps, on a eu d'excellentes démonstrations sur l'eau, qui ont reçu un bel accueil du public, résume-t-il. Le Vendémiaire a également fait le plein.» La frégate de la Marine nationale qui s’est distinguée récemment dans une prise record de cocaïne aurait accueilli près de 2000 personnes à son bord.

Manque de places

Reste un marché de la plaisance qui n'est plus florissant, notamment parce qu'il manque toujours des places à sec et à flot pour y laisser son bateau. Le reportage de Karine Arroyo et de Michel Bouilliez.
©nouvellecaledonie