Une marque pour valoriser les artisans locaux

commerce nouméa
Art local
©Nicolas Fasquel
Sur le marché alternatif du Parc forestier ce week-end : des artisans d’art locaux, affiliés à Ardici. Une marque créée en 2018 par la Chambre de métiers et de l’artisanat, afin d’identifier facilement les créations locales.
Tamanu, bancoulier… Les graines de ces arbres calédoniens sont utilisées dans la confection de shampoings, de crèmes ou encore d’huiles. Tous ces produits cosmétiques sont fabriqués à Yaté par Andres Vega. Il se fournit en graines auprès des habitantes de tribus. « Les graines sont séchées puis pressées à froid. On fait ces produits autant que possible en collaboration avec les femmes de Yaté ». Pour Andres Vega, c’est aussi une manière de « valoriser la nature ».
Produits locaux
©Brigitte Whaap

Une attente forte de la clientèle 

Le point commun entre ce fabricant de produits cosmétiques et cet artisan qui confectionne des lampes à partir de noix de coco, c’est le logo Ardici, apposé sur leurs produits. Une marque collective, créée en 2018 par la Chambre de métiers et de l’artisanat pour garantir au consommateur la fabrication locale du produit. « C’était attendu par les artisans pour se distinguer des "curios" mais aussi par la clientèle qui ne savait plus comment s'y retrouver, entre une sculpture de Bali ou quelque chose fabriqué sur place », témoigne Malou Jorrit, artisan d’art.
 

Une différence de prix

Les prix quelques fois plus élevés que des produits made in China ne rebiffent pas les clients à la recherche d’authenticité et d’originalité. « Ce sont des pièces uniques, ça leur donne plus de valeur », souligne un client.  
Sur la soixantaine de stands présents, treize avaient le logo Ardici, dans des secteurs aussi variés que la mode, notamment des vêtements teintés avec des végétaux ou encore de la peinture numérique déclinée sur tous supports.

Le reportage de Brigitte Whaap et Nicolas Fasquel
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live