Le pari de sensibiliser à travers la JDC

citoyenneté nouméa
JDC addictions, 1er septembre 2020
©NC la 1ere
L'addiction à l'alcool dès le plus jeune âge, une réalité inquiétante qui a conduit le Centre du service national en Nouvelle-Calédonie à lui dédier une journée défense et citoyenneté. 
 
Une soixantaine d'adolescents ou de jeunes adultes étaient convoqués à leur journée défense et citoyenneté, ce mardi, à Nouméa. Organisée au cercle des forces armées, la session a été axée sur les addictions, notamment à l'alcool, carburant de toutes les violences en Calédonie. Intérêt contrasté, dans l'auditoire. 
 

C'est toujours les mêmes trucs. Ils parlent de tout, du SMA, de l'alcool, le cannabis. Qu'il faut pas trop consommer. Comme d'hab', quoi. C'est un discours que j'entends presque tout le temps.

 

Problèmes de société

Bien sûr, la JDC a pour vocation première d'expliquer aux jeunes la légitimité de la Défense et de les sensibiliser aux possibilités d'engagement. Mais de grands problèmes de société, comme les inégalités hommes-femmes ou encore l'illettrisme, sont aussi régulièrement abordés.
 

Je pense que les images qu'ils nous montrent, de gens qui se font tabasser, ça peut aider. Je pense qu'il y a un vrai problème. Même moi, j'ai commencé à boire des bières, des trucs comme ça, jeune. C'est pas normal. Du coup, j'ai arrêté, mais voilà. 

 

«Ils deviendront des ambassadeurs»

«Dix-sept ans, ce qui est l'âge moyen de nos jeunes, c'est l'âge où on prend conscience de son rôle, à la fois de citoyen et d'adulte, et c'est le moment, peut-être, où on peut influencer plein de personnes», pose le lieutenant-colonel Stéphane Louis, directeur du Centre de service national en Nouvelle-Calédonie. «Il faut les convaincre, absolument, de l'importance du fléau de l'alcool, de la drogue. Après, eux-mêmes deviendront des ambassadeurs de nos idées.»

Un reportage de Loreleï Aubry et de Cédric Michaut 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live