Provinciales: L’Avenir en confiance se place sur le terrain de la sécurité

élections nouméa
Campagne de L'Avenir en confiance, la sécurité, Rivière-Salée, 27 mars 2019
Sonia Backès, Virginie Ruffenach et Philippe Blaise le 27 mars, à Rivière-Salée. ©NC la 1ere
La sécurité en Nouvelle-Calédonie ? Une affaire de «volonté» et de «courage», assurent les membres de L’Avenir en confiance, qui ont choisi une station-service victime de cambriolages à répétition pour présenter leurs projets en la matière. 
 
Renforcer les aides de la province Sud aux communes en matière de sécurité. S’inspirer du «modèle islandais». Réglementer autrement la vente d’alcool, par exemple avec des bottle-shops à l’anglo-saxonne. Créer un «centre éducatif surveillé et d’insertion par le travail». Ou encore instaurer «dans certaines zones spécifiques» un couvre-feu pour les mineurs de moins de quatorze ans. Voilà certaines des mesures présentées par L’Avenir en confiance en vue des provinciales du 12 mai. 
 

«Notre quotidien»

Un programme sécuritaire qui a été présenté mercredi matin, à Rivière-Salée. Et pour ce faire, l’union non indépendantiste qui regroupe les Républicains calédoniens, le Rassemblement et le MPC a choisi une station-service cambriolée à de multiples reprises. «Caillassages, vols, vols à l’étalage… C’est notre quotidien, à Rivière-Salée», a relaté sa gérante, Cinthia Monnier.
 

«Une réponse beaucoup plus ferme»

S’avouant démunie, elle ne critique pas tant l’action de la police, qu'un manque de sanctions. «Ce que nous proposons, enchaîne Philippe Blaise, c'est qu'on ait une réponse beaucoup plus ferme, de la part de la police et de la justice. Il faut renforcer la présence policière, par des aides de la province aux communes. Mais il faut également mettre en place la fin de l'impunité». 

Le reportage de Malia Noukouan.