publicité

Retour sur un 14-Juillet pluvieux

Quarante véhicules, huit chevaux et un demi-millier de participants pour l’incontournable défilé du 14-Juillet dans le centre-ville de Nouméa. La pluie qui s’est invitée à la cérémonie, ce samedi matin, n’a pas empêché le public de venir admirer le cortège.

En fin de cortège, les véhicules de la sécurité civile et des pompiers nouméens. © NC la 1ère / Jeannette Peteisi
© NC la 1ère / Jeannette Peteisi En fin de cortège, les véhicules de la sécurité civile et des pompiers nouméens.
  • Jeannette Peteisi et Brigitte Whaap, avec Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
Un le matin, un le soir. Les Calédoniens les plus friands de défilé militaire ont peut-être prévu le doublé: regarder celui des Champs-Elysées, diffusé à la télé en direct ce soir, après avoir assisté à celui de Nouméa. Il avait lieu ce matin et le temps pluvieux n’a pas empêché les spectateurs de se masser nombreux le long de l’avenue Foch, derrière les grilles de sécurité. Comme cet homme rencontré par Jeannette Peteisi: «Avant, c’est moi qui défilait. Maintenant, je regarde les jeunes», lui a-t-il lancé. «Très beau défilé, et ça plaît aux enfants, avec des chiens, des chevaux, des camions, les pompiers!», a résumé un autre habitué du rendez-vous.
 
Le défilé 2018 regroupait un demi-milllier de participants. © NC la 1ère / Brigitte Whaap
© NC la 1ère / Brigitte Whaap Le défilé 2018 regroupait un demi-milllier de participants.
 

De Bernheim au monument américain

Le défilé était présidé par le haut-commissaire, encadré pour l’occasion par les représentants des différentes institutions. Il a d’abord été marqué par une remise de médailles. Neuf distinctions ont été accordées cette année (lire en encadré). Puis le cortège s’est ébranlé depuis la bibliothèque Bernheim jusqu’au monument américain.
 
© NC la 1ère / Jeannette Peteisi
© NC la 1ère / Jeannette Peteisi
 

«La France fait partie des quelques pays qui ont gardé ce rituel républicain de l’armée et des forces de sécurité qui reviennent vers le peuple, vers la cité» 

 

Décryptage d'un symbole

Un symbole que décrypte le commandant des forces armées en Nouvelle-Calédonie: «La France fait partie des quelques pays qui ont gardé ce rituel républicain de l’armée et des forces de sécurité qui reviennent vers le peuple, vers la cité, explique en effet le général Thierry Marchand. Parce que les militaires, ou les civils, ou les fonctionnaires, ne sont qu’au service de la cité. Et il faut bien qu’il y ait un moment dans l’année, une espèce de grand-messe, dans lequel les uns et les autres viennent se présenter pour repartir de plus belle pour l’année qui vient. C’est ça, le sens de ce défilé.» 
Le reportage de Jeannette Peteisi.
«Je rajeunis!»
 

Incontournables Australiens

Le cortège a été ouvert et fermé par le Bagpipers de la Royal australian air force, devenu décidément incontournables en Calédonie: cette année encore, on les a aussi bien vus et entendus au monument aux morts de Païta et aux lampions de Nouméa qu’au défilé de ce 14 juillet.
 
Le Bagpipers de la Royal australian Air force a ouvert et fermé le défilé. © NC la 1ère / Jeannette Peteisi
© NC la 1ère / Jeannette Peteisi Le Bagpipers de la Royal australian Air force a ouvert et fermé le défilé.
 

Gendarmes-adjoints volontaires

Derrière les musiciens, les représentants à pied de la gendarmerie: une équipe cynophile, un peloton de mobiles et la dernière promotion de gendarmes-adjoints volontaires recrutés localement. Place ensuite aux Fanc, à commencer par le Régiment d’infanterie de marine du Pacifique. Les spectateurs ont vu passer le fanion du célèbre Bataillon du Pacifique et le drapeau du Rimap-NC, avant deux compagnies dont l’une de réserve. 
La gendarmerie était notamment représentée par ses gendarmes-adjoints volontaires. © NC la 1ère / Brigitte Whaap
© NC la 1ère / Brigitte Whaap La gendarmerie était notamment représentée par ses gendarmes-adjoints volontaires.
 

Base de défense

Le défilé militaire s’est poursuivi avec la Marine nationale, à travers des représentants de la base navale et de la frégate Le Vendémiaire. La base aérienne 186 venait ensuite, avec le drapeau et une compagnie. On notera aussi que le colonel Dominique Tardif qui la dirige commandait ce matin les troupes du défilé. N’oublions pas le groupement de soutien de la base de défense, ces effectifs inter-armées établis à la caserne Gally-Passebosc. Sont ensuite passés la police municipale et le Régiment du service militaire adapté qui a entonné sa version de Nengone nengona.
A retrouver dans cette vidéo de Brigitte Whaap.
Le RSMA chante Nengone nengona
 

Avant le bal

Après les troupes à pied, place aux cavaliers, aux blindés et aux motards de la gendarmerie, qui avait même amené son bateau. Puis c’était les motards de la police, les engins de la sécurité civile et les sapeurs-pompiers de Nouméa. Comme un petit tour de chauffe avant leur bal du 14-Juillet, ce samedi soir, à la caserne Lucien-Parent.
Neuf distinctions

Officier de la Légion d’honneur
Colonel Xavier Foissey
 
Chevalier de la Légion d’honneur

Administrateur en chef de première classe des affaires maritimes Eric Mévélec
Lieutenant-colonel Emmanuel de La Soudière
Lieutenant-colonel Arnaud Crézé
Aumônier protestant Christophe Génevaz
Adjudant Walter Darrort
 
Médaille militaire
Adjudant-chef Dominique Jacob
Adjudant-chef Yoran Guillevin
 
Officier de l’ordre national du Mérite
Commandant honoraire Gérard Griessinger

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play