Santé sexuelle et lutte contre les violences : trois associations réunies sous le même toit

santé nouméa
Associations santé sexuelle Nouméa
L’association Femmes et violences conjugales, Solidarité Sida et le Comité de promotion de la santé sexuelle ont inauguré leur nouveau local ce mercredi. ©Medriko Peteisi / NC la 1ère
L’association Femmes et violences conjugales, Solidarité Sida et le Comité de promotion de la santé sexuelle ont élu domicile sous le même toit. Un local inauguré ce mercredi au 53 rue Clémenceau, à quelques pas du marché de la Moselle, à Nouméa. Une avancée qui leur permet de mutualiser les moyens.

Une salle de consultation, une salle de réunion, 8 bureaux et une pièce pour le café. Le nouveau local qui réunit trois associations engagées dans la santé sexuelle et la lutte contre les violences leur offre de nouvelles perspectives.

"Ça va beaucoup booster la fréquentation de notre consultation en santé affective, relationnelle et sexuelle. Tout ça, ce sont des consultations gratuites et ouvertes à toute la Nouvelle-Calédonie", indique Dominique Solia, présidente de Solidarité Sida. 

"Depuis la rentrée scolaire, on a beaucoup d'élèves"

Le local est situé au 53 rue George Clémenceau, une place stratégique non loin du marché, du lycée Lapérouse et du collège Beaudoux. "Il y a des jeunes lycéens qui sont passés, ils ont vu la signalétique et ils sont curieux. Depuis la rentrée scolaire, on a beaucoup d’élèves. On a aussi des femmes victimes de violences qui nous appellent", poursuit Jeannette Walewene, présidente d’Association Femmes et violences conjugales.

Jeannette Walewene, présidente de l'association Femmes et violences conjugales

Le comité de promotion de la santé sexuelle, CP2S, est le troisième locataire de ce nouvel espace. Pour Pauline Syemons sa directrice, ce regroupement offre une véritable synergie. "Il y a toutes les informations et peu importe avec quoi ils arrivent, ils auront toujours des réponses. Différentes selon les associations, mais en tout cas, quelque chose qui leur conviendra c’est sûr".

Une mutualisation grâce à la province Sud, qui finance en grande partie les lieux. L’endroit est ouvert au public sans rendez-vous, du lundi au vendredi.