publicité

Sauvetage de «pétrel» en baie des Pétroles

La «saison» des échouages de pétrels et de puffins a commencé, dans l'agglomération nouméenne de la Nouvelle-Calédonie. Le mardi 28 mai, un jeune oiseau était ainsi sauvé à hauteur de la Côte blanche, par des passants et des agents du CAN. Que faire dans une telle situation ? Eléments de réponse.

L'oiseau sauvé des eaux, Françoise qui a donné l'alerte et Antoine Dhalia responsable du CAN. © Heidi Yieng Kow
© Heidi Yieng Kow L'oiseau sauvé des eaux, Françoise qui a donné l'alerte et Antoine Dhalia responsable du CAN.
  • Heidi Yieng Kow, avec F.T.
  • Publié le
[MISE A JOUR DU 1er JUIN, AVEC SUJET TELE]

Il est presque 11 heures le mardi 28 mai quand Françoise, qui promène son chien à Nouméa sur la promenade Pierre-Vernier, a le regard attiré par un mouvement dans l'eau. Rapidement, d'autres promeneurs s'arrêtent eux aussi. Un drame se déroule sous leurs yeux, à une centaine de mètres du bord. Dans la baie des Pétroles, un oiseau marin de couleur noire se débat pour rester à la surface. 
 

Le centre nautique prévenu

Minute après minute, ses grandes ailes déployées semblent esquisser des mouvements de nage, sans grand succès. A certains moments, l'oiseau disparaît complètement sous l'eau. Mais que faire ? Aucun bateau à proximité. Françoise alerte alors une conductrice et lui demande de prévenir le centre nautique situé non loin.
 

Un bateau mis à l'eau

Arrivée sur place rapidement, la conductrice, une Polynésienne de passage en Calédonie, prévient les personnels du centre des activités nautiques de la Côte blanche. En quelques minutes, le responsable du CAN Antoine Dahlia et son collègue Dominique prennent un bateau et se rendent au lieu indiqué. 
 
© Heidi Yieng Kow
© Heidi Yieng Kow
 

Sécher son plumage

Ils y trouvent ce qui va s'avérer être un jeune puffin du Pacifique. Fatigué de lutter pour rester à la surface, mais toujours en vie. Les sauveteurs le sortent rapidement de l'eau et le ramènent au rivage. Ils le déposent sur la terre ferme et au soleil pour qu'il puisse sécher son plumage. Florence le rejoint rapidement, soulagée de voir l'oiseau en vie.
 

La marche à suivre

Tous décident de contacter la Société calédonienne d'ornithologie pour connaître la marche à suivre. «Ce sont des oiseaux qui peuvent quelquefois s'échouer, explique la SCO. Ils doivent être recueillis dans un carton fermé mais troué, protégés au calme et à l'abri de la chaleur. L'oiseau ne doit pas être nourri, ni abreuvé.» Et ne pas oublier d'envoyer des photos, à l'adresse asso.sco@gmail.com.
 
 

Comment relâcher 

Si l'oiseau est vif, que son plumage est intègre, qu'il n'est pas blessé, et qu'il se défend quand on l'approche, il est suffisamment vigoureux pour repartir en mer. Il peut être relâché, uniquement en début de journée (afin d'éviter un échouage nocturne), depuis une plage ou un bord de mer. Il suffit de le lancer face au vent pour qu'il reparte. 
 

En cas de blessure

Si l'oiseau semble faible, blessé, peu vigoureux ou malade, mais aussi en cas de doute sur sa santé, l'oiseau doit être déposé pour soins au parc forestier, si vous êtes sur le Grand Nouméa. En dehors de cette zone, il convient de contacter la SCO au 83 89 40, pour plus de précisions sur la conduite à tenir et les personnes en mesure de prendre en charge l'animal.
 
Un jeune puffin recueilli et déposé au parc forestier. © Coralie Cochin/NCla1ere
© Coralie Cochin/NCla1ere Un jeune puffin recueilli et déposé au parc forestier.
  

Placé chez un vétérinaire

L'oiseau secouru ce jour-là a eu beaucoup de chance. Et doit la vie à l'intervention rapide de Françoise, Antoine et Dominique. Le miraculé, plutôt jeune, ne tenait pas bien sur ses pattes. Il a donc été déposé chez un vétérinaire, en attendant que l'équipe de la SCO le récupère. Plusieurs vétérinaires sont d'ailleurs partenaires de l'opération SOS pétrels.
 
 

Nombre important

Mais cette année, le nombre de puffins déposés au parc forestier bât tous les records, comme l'explique le reportage de Coralie Cochin et José Solia.
OPERATION SOS PETRELS
Avis d'échouages !

Le 18 mai, la Société calédonienne d'ornithologie lançait justement l'opération SOS Pétrels 2019. Avec cette introduction: «Puffins du Pacifique, pétrels de Gould et pétrels de Tahiti, les appels téléponiques et signalements sur les réseaux sociaux se multiplient ces derniers jours pour confier à la SCO des "pétrels" échoués dans le Grand Nouméa, victimes de la pollution lumineuse.» Pourquoi en mai ? Parce qu'il s'agit de la «période de l'année durant laquelle les jeunes "pétrels" prennent leur premier envol et quittent en masse les colonies».

Pour être exact, le terme de pétrel est souvent employé de façon abusive en Nouvelle-Calédonie, la plupart des oiseaux en difficulté s'avèrent être des puffins.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play