publicité

Le Théâtre de l’île à la rencontre des habitants de Nouville

Le Théâtre de l’île met en place un projet quartier avec le soutien de partenaires, afin de lutter contre l’exclusion et offrir à tous les publics une ouverture sur la culture. Pendant deux mois, la compagnie Isabelle Starkier va partager son expérience au cœur de Nouville.

© Martine Nollet
© Martine Nollet
  • Martine Nollet (et CM)
  • Publié le , mis à jour le
Apporter le théâtre dans la rue, dans la vie au quotidien, un projet qui a mis du temps avant de se concrétiser,.
Différentes actions sont proposées à la jeunesse pour les sensibiliser aux pratiques artistiques et culturelles afin de démocratiser l’accès à l’art et la culture.
Ce projet va permettre au plus grand nombre de se familiariser avec une démarche artistique, développer un esprit critique, réduire les inégalités en matière d’accès à l’art, ou encore favoriser les liens et la mixité sociale.
C’est aussi l’occasion de découvrir l’évolution du quartier de Nouville, considéré comme l’un des plus peuplés de Nouméa.
La metteur en scène Isabelle Starkier © Martine Nollet
© Martine Nollet La metteur en scène Isabelle Starkier
 

Replacer le Théâtre de l'île au sein du quartier

« C’est un projet qui s’appelle « résidence-mission », qui replace le Théâtre de l’île au sein même du quartier de Nouville, et çà nous a donné envie d’exister et de pouvoir permettre à des gens qui n’ont pas forcément l’envie ou l’idée de venir au théâtre de se dire : tiens, il y a ce projet qui se met en route, c’est plutôt pas mal » explique Dominique Clément Larosière directeur du Théâtre de l’île.
« On a énormément de publics différents donc on a fait venir une metteur en scène qui avait l’habitude de faire çà en Métropole et qui va faire des gestes artistiques à la demande ». 
Les différents lieux et dates des gestes artistiques © DR
© DR Les différents lieux et dates des gestes artistiques
 

Susciter la curiosité et l’envie

Isabelle Starkier est au cœur du projet, elle va arpenter le quartier à la rencontre des habitants, à travers différents ateliers, de spectacles.
« L’idée c’est vraiment d’intervenir partout, c’est le théâtre partout et pour tous. Le théâtre, c’est un outil de connaissance de soi, de regard sur le monde. L’idée c’est de les rencontrer et d’imaginer avec eux ce qui va correspondre aux envies du public, aux désirs des habitants, aux besoins aussi, créer du lien avec les autres. L’idée, c’est de faire rire les gens, c’est de les divertir. On n’est pas là pour imposer quelque chose, on est là pour susciter la curiosité, l’envie et de montrer aux gens à quel point c’est facile, que le théâtre, c’est vraiment l’outil universel. » 
Ce projet se tient jusqu’au 4 octobre, il s’articule en deux phases : une première avec les équipes de professionnels et une seconde avec leurs publics.
Là encore, le Théâtre de l’île veut aller plus loin que ces deux mois de résidence-mission. Les précisions de Dominique Clément Larosière directeur du Théâtre de l’île. 

Projet artistique Nouville. Théâtre de l'île itw Clément-Larosière



Pour en savoir plus sur le projet et les « gestes artistiques » prévus :  
De nombreux partenaires

Le Théâtre de l’île s’est associé pour ce projet à plusieurs institutions ou organismes : 
Centre pénitentiaire, Centre de Rencontres et d’Échanges Internationaux du Pacifique (CREIPAC), École Amélie Cosnier, Direction de la Protection Judiciaire de l’Enfance et de la Jeunesse, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Foyer Paul Reznik, Institut de Formation des Professions Sanitaires et Sociales, Lycée Jules Garnier, Université de la Nouvelle-Calédonie.

Sur le même thème

  • culture

    Le festival Pikinini a moins séduit

    De retour deux ans après dans le centre historique de Nouville, le Pikinini festival de Nouvelle-Calédonie a déroulé tout le week-end ses spectacles, contes et ateliers. Il s'est refermé ce dimanche soir sans avoir fait le plein espéré de visiteurs. 

  • culture

    Pikinini fait son retour

    Les arts de la scène servis sur un plateau aux enfants de Nouvelle-Calédonie : le Pikinini festival revient. Après une mise en bouche sous forme d'«art-péritif» et une journée dédiée aux centres de loisirs, il tient samedi et dimanche, à Nouville, une édition «bullissime». 

  • culture

    La Belle au bois dormant sera sur scène pour cinq représentations

    Pour son spectacle de danse classique annuel, le chorégraphe Sthan Kabar-Louët a choisi la Belle au bois dormant. Dans ce ballet, il met en scène ses élèves de l'Avant-Scène ainsi que six danseurs internationaux, venus spécialement de Russie et d'Italie.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play