Un geste pour autrui, une oeuvre pour la réinsertion des SDF

social nouméa
Un geste pour Autrui
Au départ, il y avait "Un sandwich pour autrui". ©Alix Madec / NC la 1ère
En Nouvelle-Calédonie, le collectif "Un sandwich pour autrui", qui réalise des distributions alimentaires tous les mardis à Nouméa, s'est élargi avec "Un geste pour autrui", une nouvelle association dont le but est d'aider les sans domiciles fixes qui le souhaitent, dans leur réinsertion sociale et professionnelle.

"On voulait les aider dans leur réinsertion parce qu'il y en a beaucoup qui veulent sortir de la rue". Chloé Galy donne le ton. Avec d'autres membres actifs du collectif "Un sandwich pour autrui", elle a franchi une nouvelle étape. En décembre dernier, ils sont six à avoir créer une association. Son nom : un geste pour autrui, afin d’élargir leurs actions.

Hygiène

Première étape : améliorer les conditions d’hygiène des sans-domicile-fixe, explique Chloé Galy : "C'est quand même primordial. On avait déposé un dossier au budget préparatif pour un projet de local avec une douche mais pas que, avec de l'écoute aussi. On attend d'avoir un local. Normalement, espère-t-elle, ça devrait se faire avant la fin de l'année".

Santé 

Seconde étape : celle du traitement des addictions. Des travaux sont en cours avec les centres communaux d’actions sociales du territoire, car, selon Chloé Galy, "c'est surtout pour ça qu'ils sont à la rue. Parce qu'ils se font virer de chez eux, ils se font virer de leur travail à cause de l'alcool etc... donc on a ciblé ceux qui veulent se sortir de l'alcool, du cannabis, pour, déjà les envoyer dans des centres d'addictologie exprès et qu'ils aient, derrière, un vrai suivi".

travail

Enfin troisième étape : la réinsertion sociale et professionnelle. Les bénévoles aident les SDF qui le souhaitent, à rédiger leurs CV chaque semaine, au sein du kiosque à musique du centre-ville, en suivant une démarche bien précise : " Nous ciblons les bénéficiaires qui veulent s'en sortir. On essaie de récupérer tous les documents qu'ils peuvent avoir. Pour ceux qui ont des diplômes, on récupère leurs diplômes", ajoute la fondatrice de l'association, "après on leur fait des dossiers dans lesquels ils auront tous leurs documents en numérique, ensuite on leur demande leurs compétences ou dans quoi ils veulent travailler et nous on essaie de leur chercher des entreprises ou de voir les petites annonces etc... pour les réinsérer comme ça". Mais leur tâche ne s'arrête pas là, selon Chloé Galy :

On les aide aussi à la préparation des entretiens d'embauche, on essaie de leur trouver des formations pour ceux qui n'ont pas de diplômes et qui veulent être formés.

Chloé Galy, fondatrice de l'association "Un geste pour autrui"

Chaque bénévole parraine une personne à réinsérer dans le monde professionnel. Un suivi est ensuite opéré par l’association, pour conserver le lien avec l’employeur.

Alix Madec a rencontré Chloé Galy, l'une des fondatrices de l'association "Un geste pour autrui".

un geste pour autrui Alix Madec

L’association a aussi un partenariat avec des enseignes alimentaires locales, pour éviter le gaspillage mais elle est en manque de bénévoles, pour les distributions.

Pour adhérer à l’association ou participer à des maraudes les soirs de la semaine, contactez « Un geste pour autrui » directement via leur page facebook.