Une casse de Numbo s'est embrasée, dans la nuit du 1er janvier, à Nouméa

incendies nouméa
61cfe25d8b266_nea-feu-numbo-1.jpg
Vers 1 heure du matin, lundi 1er janvier, les sapeurs-pompiers de la ville de Nouméa ont dû faire face à un mur de feu, dans une casse, à Numbo. ©Pompiers de Nouméa
Un feu a ravagé une cinquantaine de véhicules dans une casse de Numbo, lundi 1er janvier, vers 1 heure du matin, à Nouméa. Les sapeurs-pompiers de la ville ont été engagés sur une vingtaine d'interventions. Ils s'attendent à une suite de week-end chargée.

Les sapeurs-pompiers de la ville de Nouméa n’ont pas chômé, cette nuit. La nuit de la Saint-Sylvestre a été très agitée sur le terrain. Ils sont intervenus de nombreuses fois, plus d’une vingtaine d’interventions depuis le début de la nuit dernière, soit bien plus que la normale. Le pic d’activité a eu lieu à partir de 1 heure du matin, lundi 1er janvier.

La nuit a été très courte pour les combattants du feu de Nouméa. En début de soirée, ils reçoivent quelques appels pour porter secours à des blessés suite à des rixes, ou encore pour des feux de poubelles, sans gravité. Mais c’est au petit matin, qu’une vingtaine de soldats du feu intervient, du côté de Numbo.

61cfe1bd0f355_nea-feu-numbo-2.jpg
Le feu s'est étendu à une cinquantaine de véhicules entassés les uns sur les autres et a menacé un dock voisin. ©Pompiers de Nouméa

"A 1 heure du matin, nous avons été prévenus d'un feu. Une fois sur place, nous nous sommes aperçus que c'était un feu dans une casse, à côté d'un dock qui risquait de prendre feu également. Nous avons rapidement mis en œuvre trois lances pour essayer de préserver le dock et d'attaquer le feu directement", explique le capitaine Thomas Depardon. "Au niveau des premières constatations, c'est un embrasement généralisé d'une cinquantaine de véhicules en feu. Des véhicules de casse, donc à moitié dépollués, entassés sur plusieurs étages", poursuit-il.

"Préserver l'activité économique"

"C'était un mur de feu devant nous (…) Le risque principal, lorsque nous arrivons sur une entreprise et que nous voulons sauver le dock d'à côté c'est surtout l'emploi. Nous savons qu'il y a des emplois au bout et c'est notre rôle de préserver l'activité économique", raconte le capitaine.

"Sur le terrain, nous étions 25 sur ce feu là et il y a eu quatre interventions en simultanée. Au moment où nous sommes partis sur ce feu, nous avons eu trois autres sollicitations et un secours à personne sur Nouméa. Nous avons reçu l'aide de Païta dont le centre de secours nous a renforcé", renseigne Thomas Depardon.

61cfe33069b57_nea-feu-numbo-3.jpg
L'incendie a été maîtrisé vers 4 heures du matin, à Numbo. Une enquête a été ouverte. ©Sheïma Riahi / NC la 1ère

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’incendie, qui a été maîtrisé à 4 heures du matin. Mais les sapeurs-pompiers ne sont pas prêts de pouvoir se reposer.  

Retrouvez le capitaine Thomas Depardon, interrogé par Lizzie Carboni :

Nuit chargée pour les sapeurs-pompiers de Nouméa

Un week-end compliqué

"D'expérience, la Saint-Sylvestre c'est plutôt calme. En général, cela se dégrade et cela se renforce au niveau des interventions au niveau de la journée du 1er [janvier, NDLR]. Nous sommes en flux tendu depuis 7 heures du matin. Les engins sont indisponibles, puis disponibles et de nouveau indisponibles et repartent sur des interventions en permanence", complète le capitaine Depardon.  

Effectivement, la matinée a été agitée pour les sapeurs-pompiers, qui sont intervenus plusieurs fois, sur des accidents de la circulation, notamment du côté de Païta. Il s'agit "principalement des gens qui se sont blessés dans la nuit et que s'aperçoivent qu'ils sont blessés le lendemain au réveil. On s'attend à un week-end compliqué, puisque nous avons encore une journée qui peut être de fête devant nous", pronostique Thomas Depardon.  

Le capitaine Thomas Depardon, au micro de Lizzie Carboni :

Un premier week-end de l'année sous tension pour les sapeurs-pompiers de Nouméa

Retrouvez le reportage de Sheïma Riahi et Nathan Poaouteta :

©nouvellecaledonie