Véliplanchiste disparu : l'hypothèse d'une attaque de requin se précise

faits divers nouméa
Recherches de la SNSM, véliplanchiste disparu en mer, 12 juin 2020
©SNSM Nouméa
Les recherches pour tenter de retrouver le windsurfeur disparu mercredi en fin d'après-midi, se sont poursuivies aujourd'hui. Le harnais découvert en mer jeudi matin portait des traces de morsures correspondant à un requin-tigre. Les recherches ont été arrêtées. 

La piste requin confirmée

Hier, le harnais, identifié comme étant celui du véliplanchiste disparu a été découvert près de l’îlot Signal. Le substitut du procureur confirme ce vendredi soir que le harnais portait des marques de morsures"Il a été examiné par un spécialiste qui conclut qu’il s’agissait de traces correspondant à une morsure d’un requin-tigre", précise-t-il. La taille du squale est estimée à près de quatre mètres
Ecoutez Philippe Tirard, spécialiste des requins en Nouvelle-Calédonie : 

Traces de morsure sur le harnais d'un véliplanchiste, Philippe Tirard

 

Le harnais comportait des traces de morsure. On peut en déduire que c’est des empreintes de dents de requin-tigre. Pour ouvrir une mâchoire de cette taille-là, à peu près trente, trente-cinq centimètres, ça doit faire un animal qui doit faire dans les trois mètres cinquante, peut-être plus. Normalement, juin était le mois où il y avait le moins d’attaques. Ça se passait plutôt en mars. Il y a un mystère.
- Philippe Tirard, spécialiste des requins en Nouvelle-Calédonie ​​

 

ADN

L'enquête qui a été ouverte tend donc à entériner l'hypothèse d'une attaque de requin, renchérit le procureur de la République. Yves Dupas répète que le matériel retrouvé appartenait au disparu, et précise que des recherches ADN sont en cours pour confirmer cette identification.
 

Arrêt des recherches

Selon le dernier communiqué du gouvernement ce vendredi 12 juin, les recherches se sont poursuivies tout au long de la journée, avec deux moyens nautiques de la SNSM Nouméa et de la gendarmerie maritime. "Après une trentaine d’heure de recherches actives et compte tenu de l’analyse de la situation, la décision a été prise d’arrêter les recherches en fin de journée ce vendredi 12 juin" annonce le communiqué.
 

Depuis mercredi soir

Au cours des trois derniers jours, le MRCC Nouméa a coordonné les recherches avec le concours de plus d’une quinzaine de moyens différents (terrestres, aériens et maritimes). L’implication des forces armées de Nouvelle-Calédonie, de la gendarmerie maritime, de la gendarmerie, de la police, des pompiers, de la Sécurité civile, de la SNSM et des embarcations privées, n’aura pas permis de retrouver la personne disparue. 
 

Secteur côte Blanche

Le véliplanchiste, âgé d'une trentaine d'années, naviguait à Nouméa dans le secteur de la côte Blanche. Il n'est pas rentré à sa base. C'est le 10 juin à 17h30 que le centre de coordination de sauvetage maritime a été alerté de son absence inquiétante. Le windsurfeur aurait été vu la dernière fois vers le platier de Ricaudy.