publicité

Nickel : Les stocks mondiaux baissent

Le nickel a connu un bon début d’année. Son positionnement actuel laisse penser que les prix peuvent remonter, même si cela dépendra en grande partie des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis et de leur impact sur le sentiment  des investisseurs vis-à-vis du métal.
 

Containers de ferronickel calédonien Eramet-SLN à Anvers en Belgique © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Containers de ferronickel calédonien Eramet-SLN à Anvers en Belgique
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le
A la bourse des métaux de Londres, le prix du nickel pour livraison dans trois mois a atteint un plus haut de 11.192 dollars la tonne, lundi 7 janvier, renforçant ainsi la hausse de 2,3% enregistrée vendredi. L’indice Bloomberg Commodity Index (BCOM) qui permet aux investisseurs de suivre la tendance des matières premières est en hausse de 0,48%. La confiance face au risque continue de croître, rassurée par les données sur l'emploi aux États-Unis plus solides que prévu. L'optimisme est alimenté par la reprise de négociation commerciale américano-chinoise et par la relance du grand projet de modernisation des infrastructures urbaines, routières et ferroviaires aux Etats-Unis qui nécessiteront des quantités considérables d’aciers et de métaux. Enfin, la faiblesse du dollar stimule les achats de nickel. Les prix ont été propulsés de 5 % par rapport au creux atteint le 31 décembre.
 

Stocks de nickel

"Les stocks de nickel sous douane de Shanghai ont enregistré leur quatrième recul mensuel d'affilée en décembre après que les aciéries chinoises aient augmenté leurs approvisionnements pour reconstituer leurs stocks avant le Nouvel An chinois" constate Dee Perara, analyste de Marex Spectron. Les stocks de nickel dans les entrepôts du Shanghai Futures Exchange s'élevaient à 14.881 tonnes au 4 janvier. En comparaison, l'agence Fastmarkets (MB) a évalué les stocks de métal dans les entrepôts sous douane à Shanghai entre 24.000 et 32.000 tonnes en novembre. Autre baisse des stocks de nickel, cette fois dans les entrepôts mondiaux du marché londonien (LME). Ils sont tombés à 204.852 tonnes, alors qu'ils étaient de 218.868 tonnes à la fin du mois d’octobre.
 

Situation du marché

Sur le marché physique, les primes au nickel ont peu varié en raison de la demande saisonnière limitée du marché de l'acier inoxydable et d'un arbitrage négatif des importations en Chine. Toutefois, les autorités chinoises ont annoncé de nouveaux investissements dans les infrastructures ferroviaires afin de lutter contre le ralentissement de la dynamique économique nationale.
Du côté des fondamentaux du métal, l'International Nickel Study Group (INSG) prévoit que le marché du nickel raffiné enregistrera un déficit supplémentaire de 33.000 tonnes en 2019, après le déficit de 118.700 tonnes sur la période de janvier à octobre 2018. 
Selon la Philippine Nickel Industry Association (PNIA), les approvisionnements en provenance des Philippines ralentiront pour atteindre leur plus bas niveau en neuf ans, soit 24 millions de tonnes en 2019, à la suite de la décision du gouvernement de limiter les activités minières.
 

Minières et métallurgiques

En milieu d'après-midi lundi à Paris, le cours de l'action Glencore progressait de 0,62 %. Eramet qui avait ouvert en hausse à 61 euros est retombé à 58,15 euros -0,34 %. Les investisseurs regardent les conséquences du mouvement de grève qui se poursuivait sur certains sites miniers de la SLN en Nouvelle-Calédonie.
 

Sur le même thème

  • nickel

    Le mouvement de grève à la SLN se poursuit

    Après les multiples incendies sur la serpentine de Kouaoua l’an dernier, 2019 commence par un mouvement de grève sur trois sites. En cause : le régime horaire sur mine instauré par l’industriel pour améliorer sa compétitivité. Un nouvel accroc qui n’est pas sans conséquence sur l’activité.

  • nickel

    Le cours du nickel hésite, résiste et entame 2019 dans le vert

    À la Bourse des métaux de Londres, le nickel a tenu bon pour cette première séance de l’année. Il gagne 1,40 % mais a perdu plus de 12 % sur un an. L’activité manufacturière en baisse et les tensions internationales freinent toute reprise, au moins dans l'immédiat...
     

  • nickel

    Pour le nickel, 2018 restera l’année de la grande désillusion

    Si en juin, le nickel s’offrait encore une belle performance au sein du complexe des matières premières, en cette fin d’année, le pessimisme a gagné la Bourse des métaux de Londres qui attend sans trop savoir de quoi 2019 sera fait.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play