Prison ferme pour les agresseurs du chauffeur de bus

justice païta
Pare-brise du bus
©C AM
De 3 à 18 mois de prison ferme : ce sont les peines prononcées aujourd'hui par le tribunal correctionnel à l'encontre de  2 auteurs de l'agression du chauffeur de bus lundi dernier à Païta. Le conducteur, la mairie de Païta et la gendarmerie se sont constitués partie civile.
18 mois ferme pour l’un, 3 mois de prison pour l’autre… Le tribunal correctionnel a condamné  2 jeunes hommes poursuivis pour vol et pour l’agression du chauffeur de bus de Païta . Les faits se sont déroulés le 18 juillet dernier  vers 18h dans le quartier Scheffleras. Une 15aine de jeunes en état d’ébriété, pour la plupart, s’en était pris à Julien Vaiagina et son bus de transport. La victime avait été rouée de coup, son bus caillassé, sa caisse et son sac à dos dérobés.
L’auteur principal des faits âgé de 19 ans comparaissait également pour avoir le 1er juin dernier brûlé le drapeau tricolore du monument aux morts de Païta, et agressé par la suite un gendarme.  
Les avocats de la défense ont pourtant demandé la clémence du tribunal pour leurs clients, « victimes » selon eux « du phénomène de groupe ».
Du côté de la partie civile, le chauffeur de bus invité à prendre la parole à l’audience, a de nouveau interpellé les parents sur leur rôle et responsabilité envers leurs progénitures

Julien Vaiagina réagit au micro de Sylvie Hmeun et Patrick Nicar

 
©nouvellecaledonie

Les 2 prévenus qui ont rejoint directement  le Camp Est, ont également été condamnés à payer des  dommages et intérêts, non seulement à la victime mais aussi à la mairie de Paita et à la Gendarmerie. Celles-ci se sont aussi portées partie civile dans cette affaire.
Harold Martin, le maire de Païta, condamne fermement ces  faits de délinquances.
Il estime cependant, que ces actes, sont bien moins nombreux à Paita que sur les autres communes du grand Nouméa, ou dans la capitale…

Harold Martin au micro de Jean Paul Treuil

Païta délinquance itw Martin