Un congrès populaire pour l’unité des indépendantistes

élections païta
Coutume à N'Dé le 8 mai 2022 avant l'ouverture du congrès populaire.
Coutume à N'Dé le 8 mai avant l'ouverture du congrès populaire. ©NC la 1ère
Le congrès populaire clôturait ce dimanche le week-end politique chez les indépendantistes, toujours à Païta, tribu de N'Dé. La mouvance au sens large était appelée à débattre. Au cœur de la journée, les discussions avec l’Etat, et les législatives. Le principe d'une candidature unitaire, dans chacune des circonscriptions, a été confirmée.

Week-end politique, à N’Dé. Après le FLNKS samedi, la tribu du littoral accueillait ce dimanche un "congrès populaire" de la mouvance au sens plus large. Et c’était au tour des groupes nationalistes de présenter une coutume d’accueil. Luther Voudjo, pour le Mouvement nationaliste indépendantiste et souverainiste, y a évoqué l’enjeu de cette journée. "Les divisions sont toujours activées par des puissances obscures. Aujourd’hui, c’est en plein jour que nous devons prendre la place et recommencer", a-t-il formulé. "Mais à la fin de la journée, il restera ce que nous, on en fera. On sortira plus unis, parce qu’on a décidé d’être unis comme on l’a été il y a quarante ans."

Quelle stratégie ?

MNIS, Parti travailliste, USTKE, Dynamik unitaire sud ou Mouvement des Océaniens indépendantistes étaient invités à débattre d'une future stratégie commune. La veille, le FLNKS était convenu d’une motion entérinant l’unité du front. Au tour du mouvement dans son ensemble de se réunir autour des deux thèmes majeurs de ce congrès, les législatives et surtout les discussions bilatérales avec l’Etat.

Notre fierté, c’est qu’on a placé l’unité comme la boussole qui doit guider le mouvement indépendantiste. C’est une grande satisfaction, et qui répond surtout aux aspirations de nos bases respectives, qui veulent que cette unité se fasse pour aller ensemble face aux enjeux devant nous.

André Forest, président de l’USTKE

"Passer à une autre dimension"

"Pour nous, c’est de bien préparer ces futures négociations", insiste Jean-Marie Ayawa, porte-parole de la Dynamik unitaire Sud. "Il faut passer à une autre dimension, en tant que pays souverain, en tant que pays libre. Avec toutes les ethnies et toutes les populations qui existent ici, comment on construit un pays stable." Au cours de ce congrès, le principe des discussions bilatérales avec l'Etat a été réaffirmé. A savoir qu'il est prévu une convention FLNKS sur le sujet en juillet, et un autre congrès populaire en fin d'année.

Candidats à départager

Quant à s’entendre sur la désignation des deux candidats aux prochaines législatives, chacun avait des prétendants à faire valoir. 

On était vraiment sur l'unité, avec un dialogue sincère, un débat. Tout a été posé. Je pense que nous sommes arrivés à une étape clé du pays où le dialogue est important, où le refondement du discours indépendantiste, nationaliste et progressiste doit émerger.

Muneiko Haocas, présidente du MNIS

Au terme de la journée, le principe d'une candidature unie des indépendantistes a été confirmée, dans chacune des circonscriptions. Qui ? Les discussions doivent commencer mardi.

On a les élections législatives pour avoir un représentant à l’Assemblée nationale qui parle en notre nom. On a plusieurs leviers et les députations font partie d’un de ces leviers.

Pascal Sawa, Union calédonienne

Reportage au congrès populaire, par Charlotte Mannevy

Voyez le reportage de Bernard Lassauce et Carawiane Carawiane :

©nouvellecaledonie