publicité

Les dispensaires du Nord en manque de médecins

Trente, c'est le nombre de médecins nécessaires aux dispensaires de la Province Nord. Mais la collectivité rencontre des difficultés à recruter. Quelles sont les conséquences et les raisons de cette pénurie ? Exemple à Poya qui n’a plus médecin à plein temps depuis deux semaines.

© DR
© DR
  • David Sigal et Nathan Poaouteta (CM)
  • Publié le
Le mardi, c’est le jour du médecin au dispensaire de Poya. Alors, les patients sont nombreux et le carnet de rendez-vous se remplit rapidement.
Enza Honko, habitante de la tribu de Nekliai, a du s’y prendre à plusieurs fois pour obtenir une consultation : « Les inscriptions ouvrent à 7 h 30, mais à 8 h, il n’y a plus de place. On est toujours obligé de revenir. J’ai essayé à Bourail, mais ils m’ont dit que c’était priorité aux gens de la zone ». 
© Nathan Poaouteta
© Nathan Poaouteta
 

Que faire en cas d’urgence ?

Dans la salle d’attente, Roura Maïti, habitante de Basse-Poya, déplore aussi la présence d’un médecin seulement une journée par semaine à Poya : «  Si mes enfants tombent malades après mardi, je fais comment ? Déjà, je suis en bus, c’est dur. Il faut se débrouiller ».
Infirmier au dispensaire, Jérôme Piaud assure du lundi au vendredi les pansements ou les injections. Mais pour un cas plus grave, l’absence d’un médecin pose problème. « Il faut diriger la personne vers Bourail ou Koné en fonction de ses moyens. Si çà nécessite vraiment une urgence de soins, il faut passer par le 15 ».
 

Un difficile suivi des patients

Le Dr Juliette Oudot assure les consultations du mardi à Poya. Cette jeune médecin travaille le reste du temps au dispensaire de Koné. Son contrat avec la province Nord est de deux mois, elle a conscience que cette valse de médecins rend difficile le suivi des malades : « Des fois il faut reprendre à zéro la consultation, les patients ne sont pas très bien connus de leur médecin… L’intérêt d’un médecin généraliste de campagne, c’est de connaître ses patients et donc çà pose problème parce qu’on peut oublier des choses, on peut passer à côté de certaines choses parce qu’on ne connaît pas les patients ».
© Nathan Poaouteta
© Nathan Poaouteta
 

Pourquoi cette pénurie ? 

Comment expliquer cette pénurie de médecins dans le Nord ? Pour David Marcon, directeur adjoint DASSPS -  Province Nord, il y a « d’abord un turnover avec des contrats imposés par les médecins de plus en plus courts de trois à six mois. Ensuite, une densité médicale déséquilibrée.  Proportionnellement, on a deux fois plus de médecins sur Nouméa et le Grand Nouméa que dans le reste de la Nouvelle-Calédonie. Et enfin, une pénurie médicale qui est accentuée du fait des grandes vacances scolaires en France métropolitaine ». Sans oublier les actes d’incivilité ou de violence qui se multiplient dans les dispensaires de Brousse et qui peuvent faire reculer certains médecins.
 

Des solutions à l’étude

Pour contrer cette pénurie, des solutions sont à l’étude : la possibilité de recruter des médecins à l’étranger ou donner plus de responsabilités aux infirmiers.
Pour Poya, les consultations passent à deux jours par semaine en attendant l’arrivée d’un médecin à plein temps mi-septembre.
Le reportage de David Sigal et Nathan Poaouteta 
MANQUE DE MEDECINS EN PROVINCE NORD

Sur le même thème

  • santé

    Une campagne d'information et de dépistage de l'hépatite B

    La direction des Affaires sanitaires et sociales (Dass) du gouvernement organise six sessions d’information et de dépistage gratuites de l’hépatite B dans toute la Nouvelle-Calédonie, entre mardi 3 et vendredi 27 septembre. 

  • santé

    Quel contrôle pour les professionnels de santé ?

    L’affaire du médecin qui aurait escroqué la Cafat pose questions quant aux contrôles menés par l’organisme sur les pratiques des professionnels de santé et sur le fonctionnement du conseil de l'ordre des médecins, resté sourd aux alertes lancées par des confrères du médecin incriminé. 

  • santé

    La curiethérapie pour soigner certains cancers au Médipôle

    Depuis le début du mois d'août, le centre de radiothérapie de Nouvelle-Calédonie s'est équipé d'un nouvel appareil pour le traitement de certains cancers. Plus performant et plus précis, il permet de réaliser une curiethérapie, un traitement qui cible uniquement les cellules cancéreuses. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play